Les Verts ont pris un quart de l'électorat du PS

L'avancée des Verts lors des dernières élections fédérales de 2019 a un goût amer pour le PS ...
Les Verts ont pris un quart de l'électorat du PS

Les Verts ont pris un quart de l'électorat du PS

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

L'avancée des Verts lors des dernières élections fédérales de 2019 a un goût amer pour le PS. Si le parti à la rose a bien réussi à mobiliser ses troupes, les Verts lui ont pris un quart de son électorat, selon l'étude Selects.

L’avancée historique des Verts (PES) n’est pas due à une mobilisation hors du commun de la base de son propre électorat – puisque 44% de tous ceux qui avaient voté Verts en 2015 ne sont pas retournés aux urnes en 2019 – mais au soutien de très nombreux anciens électeurs du PS, souligne l'étude Selects vendredi. En effet, un tiers environ des personnes qui ont voté PES en 2019 avait glissé une liste PS dans l’urne en 2015.

Les Vert'libéraux (PVL), les autres gagnants des dernières élections fédérales, ont également attiré de nombreuses personnes qui avaient l’habitude de voter pour d'autres partis, venant à nouveau du PS, mais aussi du PLR. Les deux partis verts ont en outre fait un carton auprès du jeune électorat.

Autre gagnant de ces dernières élections, la représentation des femmes qui a atteint un nombre record de candidates élues. Ce succès n’est toutefois pas le résultat d’une mobilisation accrue des femmes, d'après les chercheurs. En 2019 encore, les femmes se sont en effet rendues aux urnes moins souvent que les hommes, mais ont par contre manifesté une tendance accrue à élire des candidates.

Mobilisation plus difficile à droite

L’UDC, qui a maintenu sa place de premier parti de Suisse, a vu pour la première fois la proportion de ses sympathisants qui ont voté tomber sous la barre des 50%. Néanmoins, ce parti est celui qui peut compter sur l’électorat le plus fidèle: 85% de ceux qui avaient voté UDC en 2015 et sont retournés aux urnes en 2019 ont de nouveau voté pour lui.

Le PLR a également dû faire face à des problèmes de mobilisation et a surtout perdu des voix auprès des femmes. Le PDC est de tous les partis celui qui est le mieux parvenu à mobiliser ses troupes. Et ce n’est que grâce à la fidélité de son électorat que le parti a réussi à maintenir à peu près sa part des suffrages.

L’étude électorale suisse Selects a été réalisée par le centre de compétences suisse en sciences sociales FORS à Lausanne avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS).

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus