Le taux de bénéficiaires de l'aide sociale reste stable

L'année dernière, 3,2% de la population résidante (soit 265'626 personnes) ont bénéficié au ...
Le taux de bénéficiaires de l'aide sociale reste stable

Le taux de bénéficiaires de l'aide sociale reste stable

Photo: Keystone

L'année dernière, 3,2% de la population résidante (soit 265'626 personnes) ont bénéficié au moins une fois d'une prestation économique de l'aide sociale. Le taux n'a pas varié depuis 2013.

Si le nombre de bénéficiaires a augmenté (+3600), cette hausse suit en effet la croissance démographique, d'après un communiqué publié lundi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Quant à la proportion des ménages qui ont été soutenus, elle était en 2015 de 4,1%, ce qui correspond à 148'000 foyers.

A l'échelle cantonale, l'évolution des taux d'aide sociale ne révèle pas de grands changements par rapport aux années précédentes. L'OFS souligne cependant qu'ils sont toujours supérieurs à la moyenne dans les cantons avec des centres urbains. Ce sont ceux de Neuchâtel, Bâle-Ville et Genève qui présentent les pourcentages les plus élevés.

Globalement, neuf cantons ont vu leur taux d'aide sociale diminuer en 2015: Vaud, Fribourg, Berne, Soleure, Schwyz, Uri, Glaris, Obwald et Appenzell Rhodes-Extérieures. Dans neuf autres, ce taux a augmenté: Neuchâtel, Genève, Valais, Jura, Bâle-Land, Schaffhouse, Argovie, Thurgovie et Grisons.

Individus plus fragiles

'Les enfants et les jeunes de moins de 18 ans, les personnes divorcées et celles de nationalité étrangère sont toujours les plus représentés dans l'aide sociale', écrit l'OFS. Depuis 2009, le taux d'aide sociale chez les mineurs a notamment passé de 4,5% à 5,2%.

En termes de ménages, il est à noter que 22% des foyers composés d'un seul adulte et d'individus mineurs ont été soutenus par l'aide sociale l'année dernière.

Soutien des groupes à risque

Pour que le taux d'aide sociale demeure stable, il faut prendre des mesures ciblées en faveur des groupes à risque, a réagi dans un communiqué la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS). Celle-ci demande notamment un 'engagement fort en faveur de l'insertion professionnelle des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire'.

Par ailleurs, la CSIAS s'inquiète de l'augmentation du nombre de bénéficiaires âgés de plus de 46 ans. Formation professionnelle de rattrapage et formation continue doivent être facilitées, fait-elle valoir. Enfin, enfants et adolescents doivent aussi être soutenus par des mesures ciblées: allocations familiales plus élevées, offre abordable de prise en charge des enfants et prestations complémentaires pour les familles à faible revenu.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes