Le service des urgences de l'hôpital du Valais est réorganisé

L'hôpital de Sion sera davantage sollicité dès le 1er octobre. Les urgences de l'hôpital de ...
Le service des urgences de l'hôpital du Valais est réorganisé

Le service des urgences de l'hôpital du Valais est réorganisé

Photo: Keystone

L'hôpital de Sion sera davantage sollicité dès le 1er octobre. Les urgences de l'hôpital de Sierre (VS) seront supprimées au profit de Sion. La diminution du nombre de consultations à Sierre et la carence de spécialistes expliquent cette réorientation.

Une nouvelle orientation est mise en place à l'hôpital de Sierre. Il se spécialisera dans la médecine aiguë et la réadaptation de la personne âgée, a expliqué vendredi lors d'une conférence le directeur général de l'Hôpital du Valais (HVS) Eric Bonvin.

Sierre conservera une permanence médico-chirurgicale. Les salles d'opération seront aussi mieux exploitées avec une activité de chirurgie ambulatoire plus importante. Le site de Sierre accueillera aussi une polyclinique spécialisée dans en médecine des seniors, de la mémoire et de la douleur.

Il n'était plus possible de conserver des urgences en raison de la forte diminution du nombre de consultations depuis 2012. Maintenir une équipe en place pour une quinzaine de patients par jour est trop onéreux, explique le médecin-chef des urgences Vincent Frochaux.

Rares spécialistes

A Sion en revanche, le nombre de postes doit être revu à la hausse. La direction veut faire passer le nombre de postes de médecins cadres de 7,5 à 11 et le nombre de médecins assistants de 14 à 17. La tâche s'annonce difficile. Eric Bonvin ne cache pas que même les hôpitaux universitaires peinent à recruter des urgentistes.

'Aujourd'hui la polyvalence n'existe plus', précise M. Bonvin. Et c'est ce qui rend la situation particulièrement compliquée pour les petits sites. Une concentration des urgences à l'hôpital de Sion s'avère logique.

Dans un premier temps, il faudra investir pour augmenter le personnel, agrandir l'hôpital et réaménager certains services. Mais cette réorganisation doit conduire à l'avenir à une rationalisation, Eric Bonvin en est persuadé.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus