Le nombre d'interruptions de grossesse reste stable

Quelque 11'000 grossesses ont été interrompues l'année dernière en Suisse. Le taux de 6,7 IVG ...
Le nombre d'interruptions de grossesse reste stable

Le nombre d'interruptions de grossesse reste stable

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Quelque 11'000 grossesses ont été interrompues l'année dernière en Suisse. Le taux de 6,7 IVG pour 1000 femmes est donc resté pratiquement inchangé par rapport à 2020. Nonante-cinq pourcents des avortements ont eu lieu avant la douzième semaine de grossesse.

En 2020, le taux était de 6,8 IVG pour 1000 femmes âgées de 15 à 44 ans, rappelle mercredi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

En 2021, 10'869 interruptions de grossesse ont été pratiquées sur des femmes résidant en Suisse. Chez les femmes âgées de 15 à 19 ans, l'OFS a enregistré 745 IVG, ce qui correspond à un taux de 3,7 pour 1000 femmes de cette catégorie d'âge, contre 3,5 en 2020.

Les interruptions de grossesse des femmes de plus de 30 ans ont augmenté au cours des dix dernières années. En 2010, 45% des femmes ayant subi une IVG avaient plus de 30 ans, en 2020 et 2021, leur proportion était de 52%. La proportion de femmes âgées de 25 à 30 ans a peu évolué depuis 2010 (23%).

Alors que les avortements chez les femmes de moins de 25 ans représentaient 33% des cas en 2010, cette proportion est tombée à 25% en 2020 et 2021. La part de celles âgées de 15 à 19 ans a elle baissé de 9% en 2010 à 7% en 2021.

Plus d'avortement médicamenteux

Par rapport à 2020, les avortements médicamenteux ont augmenté. Au niveau national, ils représentent 80% des cas, contre 20% pour les chirurgicaux. L'augmentation des interruptions médicamenteuses depuis 2019 a pu être observée dans tous les cantons.

Des différences ont toutefois été remarquées: alors qu'en 2021, 60% des IVG étaient médicamenteuses dans les cantons de Fribourg et de Genève, elles représentaient plus de 90% à Bâle-Ville, dans le Jura, à Neuchâtel, à Soleure, à Nidwald et à Uri.

La proportion d'avortements pratiqués avant la douzième semaine de grossesse, par analogie avec le régime du délai, est restée stable au fil des ans, avec de faibles différences entre les cantons. En 2021, 77% ont même eu lieu avant la huitième semaine. Les interruptions après la douzième semaine sont restées inchangées depuis 2007, avec 5%.

Différences cantonales

Dans certains cantons, le taux d’interruptions de grossesse était supérieur à la moyenne suisse. C'est à Genève qu'il a atteint la valeur la plus élevée, avec 10,1 avortements pour 1000 femmes, suivi de Vaud avec 9,1. Les valeurs n'ont cependant guère changé par rapport à l'année précédente.

Une augmentation des taux a été observée à Neuchâtel (de 7,4 à 8,8) et à Zurich (de 7,4 à 8). En revanche, le taux a baissé de 9,1 à 7 à Bâle-Ville, de 7,2 à 5,8 à Bâle-Campagne et de 8 à 6,1 à Schaffhouse.

Dans l'Espace Mittelland (BE, FR, SO, NE, JU), le taux d’IVG (6,3) était inférieur à la moyenne nationale. La Suisse orientale (SG, TG, AI, AR, SH, GR, GL) et la Suisse du Nord-Ouest (BS, BL) avec 5,6, la Suisse centrale (NW, OW, LU, UR, SZ, ZG) avec 5,2 et le Tessin avec 4,3 ont enregistré des taux inférieurs à la moyenne.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus