Le monde politique en deuil après le décès de Jean-Marc Chollet

Le monde politique vaudois est sous le choc après le décès du député Jean-Marc Chollet et de ...
Le monde politique en deuil après le décès de Jean-Marc Chollet

Le monde politique en deuil après le décès de Jean-Marc Chollet

Photo: Keystone

Le monde politique vaudois est sous le choc après le décès du député Jean-Marc Chollet et de sa passagère dans le crash d'un biplace dans le Doubs, en France voisine. Les familles des deux victimes se sont rendues mercredi sur les lieux.

Dans le canton de Vaud, le monde politique est en deuil. Le Parlement est touché de plein fouet par cet accident, perdant de manière tragique un de ses membres. Il présente ses sincères condoléances aux familles des victimes touchées par ce drame, écrit-il dans son communiqué. Le Conseil d'Etat partage pleinement la tristesse du Grand Conseil.

Pour le solaire

Les Verts vaudois, sous le choc, pensent à leur ami et collègue qui laissera un vide énorme. Député et candidat au Conseil national, Jean-Marc Chollet, 62 ans, était une personnalité atypique: garagiste, aviateur et propriétaire de trois vaches, rappellent-ils dans un communiqué.

Le citoyen et ancien municipal de Vucherens était aussi fortement engagé en faveur des énergies renouvelables. Il était notamment célèbre pour son combat au Grand Conseil en faveur de la pose de panneaux solaires photovoltaïques sur tous les toits des bâtiments de l'Etat.

Passionné d'aviation

Le Broyard avait rejoint la délégation des Verts au Grand Conseil tout d'abord comme indépendant, puis comme Vert en 2007. 'Personnalité attachante, de toutes les fêtes et moments conviviaux, capable de nouer des liens avec les élus de tous bords et toujours à disposition de son parti pour porter haut les couleurs de la Broye, notamment lors des deux dernières élections à la Chambre du peuple, il nous manquera énormément', souligne les Verts.

Jean-Marc Chollet était un pilote chevronné. 'Il volait beaucoup, il invitait souvent des députés et des amis à voler avec lui. Cela faisait dix ans qu'il pilotait. C'était quelqu'un de très raisonnable', a souligné Martial de Montmollin, président des Verts vaudois.

Familles prises en charge

Prises en charge mardi par la police vaudoise, les familles ont été accueillies mercredi sur les lieux par les autorités françaises, a indiqué à l'ats Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise. Une cellule psychologique d'urgence a été mise à leur disposition, a ajouté Corinne Lamarche, adjointe du Service régional et Départemental de la Communication interministérielle du Département du Doubs.

Des spécialistes de la gendarmerie des transports aériens ont été dépêchés pour déterminer les causes de l'accident. L'enquête est entre les mains du Parquet de Besançon, que l'ats n'a pas été en mesure de joindre mercredi après-midi. Certains témoignages font état d'un brouillard très important, qui se serait dissipé très rapidement, note Mme Lamarche.

Vers Paris

Le député de 62 ans avait participé mardi matin à la séance du Grand Conseil. Accompagné d'une passagère, il avait ensuite décollé dans son biplace de l'aérodrome de la Blécherette à Lausanne en direction de Dole en France d'où il comptait rejoindre Paris.

L'avion a disparu des écrans radar vers 15h15, sans déclencher sa balise de détresse. Il a été localisé peu avant 17h00 sur la commune de Remoray-Boujeons, dans le Doubs. Les deux occupants sont morts dans le crash.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus