Le maire de Rémy Pagani présente ses excuses au Conseil municipal

A la suite de l'annulation des quatre scrutins de dimanche en Ville de Genève, Rémy Pagani ...
Le maire de Rémy Pagani présente ses excuses au Conseil municipal

Le maire de Rémy Pagani présente ses excuses au Conseil municipal

Photo: Keystone

A la suite de l'annulation des quatre scrutins de dimanche en Ville de Genève, Rémy Pagani a présenté ses excuses au Conseil municipal mardi en début de séance. Il a cependant répété qu'il entend continuer à assumer sa charge de maire.

'Je regrette et je vous prie de m'excuser de toute erreur d'appréciation ou maladresse qui ait pu conduire à une décision de justice qui prive notre ville de l'arbitrage nécessaire du souverain', a-t-il déclaré. Et de préciser qu'il n'avait pas 'l'intention de tricher ou d'induire en erreur le corps électoral' lors de la rédaction de la brochure explicative.

Acceptant les deux recours déposés par la droite contre cette brochure, la Chambre constitutionnelle de la Cour de justice a annulé jeudi dernier les votations sur les coupes budgétaires de la Municipalité. Selon elle, l'introduction donne un poids démesuré aux référendaires, et la synthèse n'est pas neutre pour deux objets, des éléments qui risquaient d'influencer le résultat du vote.

'Assumer au mieux'

La Chambre constitutionnelle n'a pas considéré que le texte contenait des contre-vérités ou des mensonges, a souligné M. Pagani. C'est la première fois qu'un scrutin est annulé en Ville de Genève, alors que deux l'ont déjà été au niveau cantonal 'sans pourtant que les thuriféraires ne parlent de démission ou encore moins de déshonneur', a-t-il relevé.

Se déclarant fidèle à ses opinions politiques, le magistrat d'extrême gauche a rappelé avoir passé beaucoup de temps dans la rue à récolter des signatures pour les quatre référendums. Il n'entend pas démissionner de sa charge de maire, qui dure un an. 'Vous pouvez compter sur moi pour continuer à l'assumer au mieux', a-t-il conclu. Ses collègues sont en désaccord avec cette décision.

Motions en urgence

Deux motions déposées par tous les partis seront traitées en urgence par le Conseil municipal mercredi soir. La droite élargie demande à l'exécutif de s'expliquer sur cette affaire et à Rémy Pagani de démissionner de son poste de maire et de rembourser les coûts occasionnés par l'annulation de la votation.

La Ville de Genève a annoncé vendredi qu'elle ne recourra pas contre la décision de la justice. La gestion du dossier a été confiée à la vice-présidente de l'exécutif, Sandrine Salerno. Il revient au Conseil d'Etat, autorité de surveillance des communes, de prononcer d'éventuelles sanctions à l'encontre du maire.

/ATS
 

Actualités suivantes