Le chantier bloqué par Unia

Le syndicat Unia a bloqué lundi le chantier de construction du pont CFF à Massongex (VS). Il ...
Le chantier bloqué par Unia

Le chantier bloqué par Unia

Photo: Keystone

Le syndicat Unia a bloqué lundi le chantier de construction du pont CFF à Massongex (VS). Il soupçonne de la sous-enchère salariale de la part de l'entreprise qui effectue les travaux.

Des travailleurs détachés slovènes sont payés 11 à 13 euros l'heure, dénonce Unia. Or le salaire minimum est de l'ordre de 25 francs. Les travailleurs exigent le paiement des arriérés de salaire, communique lundi Unia.

Les salariés sont déterminés à ne pas reprendre le travail avant que leurs revendications soient acceptées, précise le secrétaire syndical Blaise Carron. Les représentants syndicaux rencontreront la direction de l'entreprise incriminée en fin de matinée.

Sous-traitance dénoncée

Les travaux de ce chantier ont été confiés à une entreprise vaudoise qui a sous-traité une partie à des entreprises slovènes. Aucune information sur les conditions de travail des travailleurs détachés n'a été fournie, dénonce Unia.

Ce genre de pratique cache souvent du 'dumping' salarial. Les faits ont confirmé ce soupçon, estime Blaise Carron. Le syndicat va maintenant chiffrer sa revendication et présenter ses exigences à la direction. A côté de la dizaine de travailleurs slovènes, la dizaine d'employés de l'entreprise vaudoise occupée sur le chantier a aussi arrêté le travail.

L'action d'Unia s'inscrit dans un cadre plus large de lutte contre la sous-enchère salariale. Le syndicat réclame de meilleurs instruments pour lutter contre ces pratiques. Fermeture immédiate du chantier en l’absence de preuves de conformité des salaires, introduction généralisée d’une caution en prévision du non-respect des conditions de travail, augmentation substantielle des amendes sont des mesures souhaitées.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus