« Le Valais a pris très au sérieux le traçage des Britanniques »

En raison de la nouvelle souche de Covid qu'ils peuvent potentiellement véhiculer, les cantons ...
« Le Valais a pris très au sérieux le traçage des Britanniques »

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

En raison de la nouvelle souche de Covid qu'ils peuvent potentiellement véhiculer, les cantons s'évertuent à identifier les touristes britanniques et sud-africains présents ou ayant quitté leur territoire. En Valais, leur nombre reste difficile à estimer.

Promotion santé Valais revient mardi sur le chiffre de 200 Britanniques qui auraient filé à l'anglaise de la station de Verbier (VS). Il indique ne pas retrouver ce chiffre dans ses propres calculs.

'Nous avons identifié 876 personnes en provenance de Grande-Bretagne (863) et d'Afrique du Sud (13) sur le territoire valaisan', explique à Keystone-ATS Jean-Bernard Moix, directeur de Promotion santé Valais qui assure, en ces temps de coronavirus, le traçage dans le canton.

Parmi celles-ci, 291 arrivées par les airs ou arrêtées aux douanes depuis le 14 décembre ont été annoncées par la Confédération, via les listes établies par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les 585 autres ont été identifiées par le canton, notamment via les offices de tourisme et les communes qui ont encouragé les touristes à s'auto-enregistrer dans un formulaire disponible sur la page info coronavirus du canton.

'On sait qu'ils sont plus nombreux'

Mais ce nombre de 876 ne reflète pas la réalité, pointe Jean-Bernard Moix. Il manque tous ceux qui ne se sont pas annoncés aux autorités ou qui n'ont pas été automatiquement ajoutés sur les listes lors d'un contrôle.

Par exemple, selon les données récoltées, dans les deux destinations favorites que sont Zermatt et Verbier, la première comptait 125 touristes en provenance de ces deux pays, et la seconde 114. 'On sait qu'ils sont plus nombreux'.

Invités par sms à se faire tester

Par ailleurs, sur les 876 personnes identifiées, 269 n'ont pas été localisées. 'Nous savons qu'elles se trouvent en Valais, mais pas où exactement', relève Jean-Bernard Moix. Il n'y aura pas davantage de ressources qui y seront dédiées.

'D'un point de vue sanitaire, il ne nous paraît pas primordial de connaître leur adresse, l'important étant que ces touristes aient reçu un sms les invitant à se faire tester gratuitement et à se mettre en quarantaine afin qu'on puisse identifier tout de suite s'ils sont porteurs ou non de la nouvelle souche', détaille-t-il.

Jean-Bernard Moix n'a pas de retour sur le nombre de Britanniques s'étant effectivement rendus dans un des quatre centres de dépistages vers lesquels ils sont redirigés. Actuellement, sept cas de la nouvelle souche britannique ont été détectés en Suisse, notamment dans les cantons des Grisons, de Zurich et du Valais, qui a annoncé un cas aujourd'hui, selon les dernières données de l'OFSP.

'Concernant le patient mentionné, il est identifié et les investigations poussées sont en cours', précise le directeur.

150 contrôles

Jean-Bernard Moix rappelle qu'après avoir effectué leur quarantaine, les touristes en provenance de Grande-Bretagne ou d'Afrique du Sud ne sont plus tracés. Ils circulent librement sur le territoire suisse.

Aujourd'hui 351 des 876 personnes identifiées au départ sont encore en quarantaine. Les autres ont achevé leur isolement et une partie de ces gens sont rentrés chez eux. 'D'autres le feront aussi. S'il y a encore des départs de Britanniques dans les jours qui viennent, c'est normal', prévient-il.

'Depuis le début, le Valais a pris très au sérieux le traçage des Britanniques', affirme encore Jean-Bernard Moix. Promotion santé Valais a transmis ses listes à la police cantonale, qui après avoir rappelé des collaborateurs en vacances, a effectué 150 contrôles. Douze personnes ne se trouvaient pas à l'adresse de quarantaine donnée. Elles pourraient être dénoncées au Ministère public, si des éléments constitutifs d'infractions étaient avérés.

/ATS
 

Articles les plus lus