Le PS zurichois de retour aux Etats après 32 ans d'absence

Le PS zurichois fait son retour au Conseil des Etats après 32 ans d'absence. Le socialiste ...
Le PS zurichois de retour aux Etats après 32 ans d'absence

Le PS zurichois de retour aux Etats après 32 ans d'absence

Photo: Keystone

Le PS zurichois fait son retour au Conseil des Etats après 32 ans d'absence. Le socialiste Daniel Jositsch crée la surprise en se faisant élire dès le premier tour. Ses poursuivants Ruedi Noser (PLR) et Hans-Ueli Vogt (UDC) n'obtiennent pas la majorité absolue.

Si Daniel Jositsch figurait en tête d'un sondage réalisé en septembre, une élection du conseiller national socialiste au premier tour à la Chambre des cantons constitue malgré tout une surprise. Professeur de droit pénal, le politicien au profil rassembleur a obtenu 182'776 voix, dépassant la majorité absolue de 5006 suffrages selon les résultats finaux. Il a donc glané de nombreux suffrages dans l'électorat bourgeois.

'Nous avons lutté si longtemps'

Représentant de l'aile socio-libérale du PS, apprécié jusque dans les rangs de la droite, Daniel Jositsch entre au Conseil des Etats après deux mandats passés au National. La dernière personnalité socialiste à avoir représenté le canton de Zurich dans la petite Chambre était Emilie Lieberherr, de 1979 à 1983.

'Nous avons lutté si longtemps pour récupérer ce siège', s'est exclamé Daniel Jositsch face aux médias, 'soulagé' mais également 'surpris' de son élection dès le premier tour. Et d'évoquer les dossiers importants qui marqueront la législature à venir, relations avec l'UE et transition énergétique en tête.

Duel bourgeois en vue, face à Bastien Girod

Le second tour s'annonce serré et fratricide dans le camp bourgeois, à moins d'un retrait de candidature. Longtemps cité en grand favori durant la campagne, le conseiller national libéral-radical Ruedi Noser a obtenu 148'558 voix. Satisfait, l'entrepreneur d'origine glaronaise et ancien candidat au Conseil fédéral s'est dit confiant en vue du second tour: 'Je vais mobiliser suffisamment d'électeurs.'

Candidat de l'UDC, le père de l'initiative 'contre les juges étrangers' Hans-Ueli Vogt récolte 123'144 voix, surmontant ainsi son déficit de notoriété sans réaliser de miracle. Le professeur de droit économique évoque un 'résultat conforme aux attentes, sans plus'. Le président de l'UDC zurichoise Alfred Heer se prononce toutefois d'ores et déjà pour un maintien de M. Vogt au second tour.

Quatrième, le Vert Bastien Girod obtient 80'737 voix. Ce score honorable pourrait pousser son parti à maintenir au second tour ce jeune conseiller national très populaire. En cas de duel Noser-Vogt le 22 novembre prochain, il n'est pas complètement exclu que Bastien Girod puisse tirer son épingle du jeu en troisième larron.

Siège vert'libéral perdu

En cinquième position, le président des Vert'libéraux Martin Bäumle a largement échoué dans son objectif de défendre le fauteuil de son parti à la Chambre des cantons. Il obtient 57'125 voix, bien loin des résultats obtenus par la sortante Verena Diener qui ne se représentait pas.

La candidate du PDC Barbara Schmid-Federer figure au 6e rang avec 34'639 voix. Elle aussi conseillère nationale, Maja Ingold (PEV) obtient 21'603 suffrages. Suivent David Herzog (Parti pirate) avec 3096 voix et Joel von Allmen (Ecopop) avec 1350 voix.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes