Le National ne veut pas imposer la poignée de main au niveau suisse

La poignée de main ne doit pas être imposée dans toutes les écoles de Suisse par le biais d'une ...
Le National ne veut pas imposer la poignée de main au niveau suisse

Le National ne veut pas imposer la poignée de main au niveau suisse

Photo: Keystone

La poignée de main ne doit pas être imposée dans toutes les écoles de Suisse par le biais d'une loi fédérale. Le National a rejeté mardi par 123 voix contre 57 une motion UDC en ce sens. Le texte est enterré.

La motion a été déposée en réaction à l'affaire de deux élèves musulmans de l'école secondaire de Therwil (BL). Ceux-ci refusaient de serrer la main à leur enseignante pour des raisons religieuses. Ils en ont ainsi été dispensés par la direction.

Manque de respect

Pour la motionnaire, Sandra Sollberger (BL), refuser de serrer la main constitue un manque de respect, en l'espèce 'un manque de respect envers les femmes'. Preuve que les deux élèves n'ont aucune volonté de s'intégrer, selon l'élue. Le Conseil fédéral doit donc établir les bases légales pour obliger tous les élèves du pays à serrer la main de leurs enseignants. Ceci devrait être fait avant un éventuel jugement du Tribunal fédéral sur l'affaire.

Elle invoque encore la position de la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga à la télévision alémanique SRF qui avait condamné ce refus. 'La poignée de main fait partie de notre culture et ne doit pas être remise en question'.

L'intéressée s'oppose au texte. Les cantons sont responsables de légiférer en la matière. La Confédération ne peut ainsi rien faire. Il n'est pas judicieux de toucher à cette répartition des compétences. Par ailleurs, les cantons tiennent à leur autonomie dans le domaine scolaire.

Cela ne signifie pas qu'il n'y a rien au niveau cantonal, a souligné la conseillère fédérale. La plupart des lois cantonales en matière scolaire prévoient que les élèves doivent respecter les enseignants et ne perturbent pas le bon déroulement de la vie scolaire.

Les profs peuvent l'exiger

En mai, l'exécutif de Bâle-Campagne a donné raison au conseil scolaire de Therwil, selon lequel les enseignants peuvent exiger que leurs élèves leur serrent la main. La loi cantonale sur l'éducation est une base légale permettant de pouvoir exiger la poignée de main.

En revanche, le Conseil d'Etat a suspendu la mesure disciplinaire prise à l'encontre d'un des élèves. Persistant dans son refus de serrer la main de son enseignante, l'adolescent s'était vu infliger des travaux d'intérêt général.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus