Le Ministère public de la Confédération entame les auditions

La procédure menée par le Ministère public de la Confédération (MPC) concernant l'attribution ...
Le Ministère public de la Confédération entame les auditions

Le Ministère public de la Confédération entame les auditions

Photo: Keystone

La procédure menée par le Ministère public de la Confédération (MPC) concernant l'attribution des coupes du monde de football 2018 en Russie et 2022 au Qatar se poursuit parallèlement à l'action conduite par les Etats-Unis. Les premières auditions ont débuté jeudi.

Ces auditions par le MPC et la Police judiciaire fédérale (PJF) des dix membres du comité exécutif de la FIFA en 2010, 'en tant que personnes appelées à donner des renseignements', vont se dérouler progressivement. Leur rythme dépendra notamment de l'analyse des informations et documents saisis mercredi au siège de la FIFA à Zurich, a indiqué jeudi à l'ats André Marty, porte-parole du MPC.

Ce dernier n'est pas en mesure de préciser combien de temps durera cette procédure pénale contre inconnu pour soupçon de gestion déloyale et blanchiment d'argent entourant l'attribution très contestée de ces deux coupes du monde. Il n'est pas prévu pour l'heure que le MPC entende le président de la FIFA, Sepp Blatter. Ce dernier reste libre de ses mouvements.

Au terme de cette procédure, le MPC décidera d'éventuelles inculpations. Si elle ne devait pas aboutir, les informations saisies pourraient toutefois servir à d'autres procédures, notamment celle menée pour corruption aux Etats-Unis et dans le cadre de laquelle la police zurichoise a arrêté sept dirigeants de la FIFA mercredi. Il s'agit là d'une procédure courante, selon le MPC.

Mondiaux remis en question

Si l'affaire devait aboutir à des sanctions pénales, cela pourrait remettre en question l'attribution des coupes du monde à la Russie et au Qatar. Cela n'est plus du ressort de la justice ou de la Suisse, le MPC rappelant en particulier que la procédure pénale est dirigée contre inconnu et non contre la FIFA, laquelle est partie plaignante, rappelle-t-elle.

'Il appartiendra à la FIFA ou à d'autres organes, Etats ou institutions de titrer d'éventuelles conséquences' d'une condamnation, a encore dit André Marty. Contactée jeudi par l'ats, la FIFA n'a pas pris position.

Extradition

S'agissant du volet américain de l'affaire, on apprenait jeudi après-midi que le seul des sept dirigeants de la fédération arrêtés mercredi matin à Zurich qui ne s'était pas opposé de suite à la demande d'extradition des Etats-Unis a fait volte-face.

Au cours d'une seconde audition, il a fait savoir qu'il renonçait à bénéficier d'une procédure d'extradition simplifiée, a dit à l'ats Folco Galli, porte-parole de l'OFJ.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes