Le MCG lance un ticket à trois pour la course au Conseil d'Etat

Le Mouvement citoyens genevois (MCG) brigue un second siège au Conseil d'Etat et veut devenir ...
Le MCG lance un ticket à trois pour la course au Conseil d'Etat

Le MCG lance un ticket à trois pour la course au Conseil d'Etat

Photo: Keystone/SALVATORE DI NOLFI

Le Mouvement citoyens genevois (MCG) brigue un second siège au Conseil d'Etat et veut devenir le premier parti du canton. Outre le sortant Mauro Poggia, les délégués ont désigné samedi Ana Roch et Daniel Sormanni comme candidats.

'Nous avons beaucoup plus de légitimité que d'autres partis à présenter trois personnes', a dit devant la presse M. Poggia, lancé dans la course par acclamation. La présidente du parti Ana Roch a elle été choisie à l'unanimité moins une voix des quelque 60 votants.

En revanche, le député et conseiller municipal de Genève Daniel Sormanni a eu besoin d'un second tour. Vice-président, il ne l'a emporté que de deux voix face au président du Conseil municipal d'Onex Jean-Paul Derouette.

Plus fort tout seul

M. Poggia est confiant pour les élections d'avril prochain. Après la période difficile en raison des tensions liées au départ d'Eric Stauffer, le parti 'est sorti renforcé'. Cette polémique n'a provoqué le départ que de 5 des 1700 adhérents et le nombre d'arrivées est plus important.

En termes d'alliance, 'le MCG est plus fort lorsqu'il est seul', estime le conseiller d'Etat. Pour autant, un apparentement avec l'UDC reste une option.

Un éventuel rapprochement sera finalisé 'avec ceux qui nous critiquent le moins', dit M. Poggia. Pas question en revanche d'un arrangement avec Genève en Marche de M. Stauffer. 'Les locomotives ne s'allient pas avec des wagons', affirme le conseiller d'Etat tout en saluant le fondateur du parti.

Objectif de 25 sièges

M. Poggia souhaite conserver le Département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS). Et même regrouper l'ensemble des prestations sociales dans son entité.

Il s'opposera à un arrachage de l'emploi de son cahier des charges. Sauf en cas de second siège, où il verrait bien un département qui rassemblerait cette responsabilité et celle de l'économie et serait géré par le MCG.

Pour le Grand Conseil, Mme Roch, qui n'exclut pas de conserver la présidence du parti pendant la campagne, affiche la revendication du MCG. Celui-ci veut devenir la première formation du canton.

'L'idéal serait d'arriver à 25 sièges', dit la présidente. Les délégués désigneront fin janvier leurs candidats pour le législatif.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus