Le Conseil national accepte une rallonge de 874 millions de francs

Après le refus de l'achat du Gripen, l'armée devrait obtenir une rallonge de 874 millions de ...
Le Conseil national accepte une rallonge de 874 millions de francs

Le Conseil national accepte une rallonge de 874 millions de francs

Photo: Keystone

Après le refus de l'achat du Gripen, l'armée devrait obtenir une rallonge de 874 millions de francs. Par 138 voix contre 53, le Conseil national a accepté le programme d'armement complémentaire 2015, qui s'ajoute aux 542 millions déjà libérés.

Il s'agit de combler des lacunes d'équipement avérées, a expliqué Beat Flach (PVL/AG) au nom de la commission. Un avis pas du tout partagé par la gauche, qui a proposé de ne pas entrer en matière pour des raisons financières. 'Les finances de la Confédération montrent des signes de fléchissement et une cure d'amaigrissement a été lancée', a argumenté Pierre-Alain Fridez (PS/JU).

Il a aussi accusé la droite d'avoir mal digéré l'échec du jet suédois Gripen et de vouloir coûte que coûte attribuer l'argent ainsi économisé - 800 millions - à l'armée. Même son de cloche de la part de Balthasar Glättli (Verts/ZH), qui estime que ces dépenses ne sont pas impérieusement nécessaires. 'Elles n'auraient pas été proposées sans le refus du Gripen'.

Pour l'écologiste, la population a refusé de dépenser cet argent. Accorder cette rallonge, c'est donc faire fi de la volonté populaire. Et le Zurichois de rappeler que cette proposition n'est pas venue du Conseil fédéral ni même des militaires, mais de la droite du Parlement. La proposition de non-entrée en matière a toutefois été balayée par 136 voix contre 50.

La modernisation de 2220 camions légers tout-terrain forme la plus grosse dépense, devisée à 558 millions de francs. Elle a donné lieu à des passes d'armes nourries et parfois très techniques, notamment parce que tant l'UDC que le PLR étaient divisés sur la pertinence de cette opération. La majorité de la commission prépartoire a ainsi proposé en vain d'amputer cette somme de 100 millions.

Moteurs polluants

Le but du projet est de prolonger la durée d'utilisation de ces 4x4 'Duro I' jusqu'en 2040. Acquis dans les années 1990, ils officient depuis comme moyen de transport. Ulrich Giezendanner (UDC/AG) s'est insurgé contre la rénovation de ces 'vieilleries' et a soutenu la réduction de 100 millions.

Cette économie serait obtenue en renonçant à de nouveaux moteurs équipés de filtres à particules, à de nouveaux phares et au remplacement des boîtes à vitesses. La rénovation proposée a été qualifiée de 'luxueuse' par Pierre-Alain Fridez. Et selon M. Giezendanner, acheter des nouveaux véhicules coûterait moins cher.

Le ministre de la défense Ueli Maurer a catégoriquement réfuté cette affirmation. 'Je fais confiance à mes services et aux experts, qui ont planché durant des mois sur ce dossier'. Le vote a été serré: 98 élus ont refusé la coupe de 100 millions, contre 90 qui l'ont soutenue.

Appareils de communication

Le supplément au programme d'armement prévoit aussi l'acquisition d'appareils de communication offrant des fonctionnalités plus étendues, devisée à 118 millions de francs pour la première étape. Pierre-Alain Fridez a tenté de réduire ce crédit à 20 millions. But affiché: lever le pied pour avoir une meilleure surveillance sur ce grand projet, 'complexe', prévu en six étapes jusqu'en 2027. Sa proposition a été balayée par 140 voix contre 52.

Cent millions de francs sont aussi prévus pour l'achat de munitions (70 millions de cartouches pour fusil, 60 millions de cartouches pour pistolet et 1 million de fusées pour grenade à main).

Le quatrième et dernier volet concerne la prolongation de l'utilisation du système de défense antiaérienne (DCA). Il s'agit d'étendre le réseau de capteurs existant de la DCA moyenne de 35 mm en attendant l'introduction d'un nouveau dispositif. Facture: 98 millions. Le dossier passe au Conseil des Etats.

Facture plus élevée

La facture totale du programme d'armement devrait donc atteindre 1,316 milliard, nettement plus que l'an passé (771 millions) et qu'en 2013 (740 millions). Les Chambres fédérales ont déjà donné leur aval au premier programme, consacré entre autres à l'achat de drones israéliens pour 250 millions.

Le reste a été alloué à des simulateurs de tir de nouvelle génération pour le fusil d'assaut 90 (21 millions) et à des véhicules légers tout-terrain destinés aux systèmes techniques (271 millions).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus