Le Conseil fédéral prêt à redoubler ses efforts d'économies

De nouvelles coupes attendent l'administration fédérale. Le Conseil fédéral est prêt à tailler ...
Le Conseil fédéral prêt à redoubler ses efforts d'économies

Le Conseil fédéral prêt à redoubler ses efforts d'économies

Photo: Keystone

De nouvelles coupes attendent l'administration fédérale. Le Conseil fédéral est prêt à tailler davantage que prévu dans les dépenses de personnel et les charges d'exploitation. Au lieu d'une économie de 158 millions, il propose désormais un montant de 330 millions.

Le personnel subirait au moins 165 millions de coupes. Celles-ci concerneront non seulement les effectifs, mais aussi les salaires. Le gouvernement avait déjà exprimé en février sa volonté de sabrer dans les dépenses après avoir annoncé que les finances de la Confédération étaient désormais dans le rouge.

Les charges de personnel devaient être réduites dès l'an prochain de 106 millions par rapport au plan financier 2016-2018, ce qui équivaudrait à une stabilisation au niveau des sommes budgétées pour cette année. Le Conseil fédéral avait aussi chargé les départements de couper quelque 52 millions dans les charges de conseil et des prestations de service.

La droite fait toutefois pression, jugeant l'effort insuffisant. Dans une motion, le conseiller national Leo Müller (PDC/LU) demande de plafonner jusqu'en 2019 les frais de personnel ainsi que le coût des consultants et prestations externes au niveau atteint en 2014. Cette exigence implique des coupes supplémentaires de 127 millions dans le personnel et de 65 millions dans les charges d'exploitation.

Pas de plafonnement strict

Le Conseil fédéral est prêt à redoubler ses efforts d'économies, ce qui nécessitera d'abandonner certaines tâches. Mais il refuse un plafonnement strict. Cela lui ôterait toute marge de manoeuvre dans certains domaines comme les migrations ou les impôts.

L'administration doit en outre pouvoir disposer des ressources nécessaires si le Parlement lui attribue de nouvelles tâches ou s'il faut réagir à une situation particulière. Enfin, un plafonnement empêcherait l'internalisation de prestations fournies par des tiers, qui est pourtant demandée par les Chambres fédérales.

Les dépenses de personnel de l’administration fédérale ont fortement progressé ces dernières années. Cette croissance découle de nouvelles tâches qui incombent désormais à la Confédération (construction, entretien et exploitation des routes nationales ou Stratégie énergétique 2050).

De nombreuses tâches existantes ont en outre nécessité davantage d'effectifs (coopération au développement, lutte contre la criminalité). S'ajoutent encore les imprévus comme la hausse des demandes d'asile ou l'augmentation du nombre de bénéficiaires de rentes à l'étranger.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes