Le Conseil fédéral lance un plan d'action

En Suisse, presque la moitié des milieux naturels et plus du tiers des espèces animales et ...
Le Conseil fédéral lance un plan d'action

Le Conseil fédéral lance un plan d'action

Photo: Keystone

En Suisse, presque la moitié des milieux naturels et plus du tiers des espèces animales et végétales sont menacés. Pour enrayer cette évolution, le Conseil fédéral a présenté jeudi son plan d'action pour la biodiversité.

Il comprend 26 mesures qui couvriront trois domaines. Une partie vise le développement direct de la biodiversité. Marais ou prairies sèches devront ainsi être préservés et revalorisés de même que leur mise en réseau améliorée.

Des mesures de conservation ciblées sont prévues pour les amphibiens et les reptiles, menacés en Suisse. L'assainissement particulièrement urgent des biotopes d’importance nationale et le développement de la biodiversité en forêt seront poursuivis.

Agir indirectement

Le plan d'action mise aussi sur un développement indirect de la biodiversité. Certaines mesures font le lien avec d’autres domaines politiques de la Confédération comme l'urbanisation ou l'agriculture. Il s'agit par exemple de mettre à disposition des exemples de bonnes pratiques comme des règlements types sur les constructions. La biodiversité doit devenir un critère de décision pour l’utilisation durable du territoire ou l’octroi de subventions.

Le dernier groupe de mesures vise la transmission des connaissances. Le but visé est de sensibiliser davantage les milieux économiques et la société aux aspects relatifs à la diversité biologique.

Comme le temps presse, 19 projets pilotes seront mis en oeuvre dans les domaines de protection de l'environnement exigeant des actions très urgentes. Ces projets associeront les parties concernées, l'économie et les communes. Au menu notamment, un projet pour améliorer la mise en réseau des milieux naturels séparés par des routes et des voies ferrées.

80 millions par an

Côté finances, le Conseil fédéral prévoit une enveloppe annuelle pouvant aller jusqu'à 80 millions de francs pour la première période de 2017 à 2023. Le gouvernement souhaite engager environ la moitié de ces fonds en plus des investissements existants. Les cantons débloqueront des moyens additionnels via des conventions-programmes conclues dans le domaine de l’environnement.

Les mesures prévues pour la première phase du plan pourront être mises en oeuvre sans adaptation législative. Une analyse d'impact sera menée en 2022 et servira à définir l'enveloppe financière pour la seconde phase prévue de 2024 à 2027.

/ATS
 

Actualités suivantes