Le Conseil des Etats refuse les coupes opérées à Jeunesse + Sport

Les organisations subventionnées par Jeunesse + Sport ne devraient pas se serrer la ceinture ...
Le Conseil des Etats refuse les coupes opérées à Jeunesse + Sport

Le Conseil des Etats refuse les coupes opérées à Jeunesse + Sport

Photo: Keystone

Les organisations subventionnées par Jeunesse + Sport ne devraient pas se serrer la ceinture. Pour éviter les coupes prévues dès août, le Conseil des Etats a augmenté lundi les crédits inscrits dans le 1er supplément au budget 2015.

La nouvelle loi sur l’encouragement du sport, entrée en vigueur en octobre 2012, repose sur de nouveaux principes. Le budget annuel de Jeunesse + Sport - quelque 75,5 millions de francs - doit être tenu. Si plus de jeunes font du sport, l’argent disponible doit être réparti entre davantage de participants.

Vu le grand nombre de camps, de cours et de formations offerts en 2014, l'Office fédéral du sport a donc décidé en mars de réduire les subventions de 25% à compter du 1er août, les ramenant au niveau de 2011. Le Conseil fédéral propose une rallonge de 12 millions, mais celle-ci ne couvre que la somme qui manque actuellement, a expliqué Fabio Abate (PLR/TI) au nom de la commission.

Pour renoncer aux coupes prévues, il faut ajouter cinq millions de plus. Ce qu'ont fait les sénateurs par 42 voix sans opposition. Sur la rallonge de 17 millions, 9 millions devront être compensés au sein du Département fédéral de la défense et des sports.

Le Conseil national doit encore se prononcer. Sa commission des finances l'invite à en rester aux 12 millions, mais la pression en faveur de Jeunesse + Sport est forte. Plusieurs motions demandent d'augmenter les crédits également ces prochaines années. Konrad Graber (PDC/LU) a en outre réitéré son appel à réformer le système de subventionnement.

La ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf a regretté que ce genre de décisions politiques soient prises en année électorale. Et de craindre que les efforts de rigueur budgétaire, mais aussi d'appliquer la loi restent vains au final. La grande argentière a notamment pointé du doigt les élus qui prônent sans arrêt des économies, mais ne veulent tout d'un coup pas s'attaquer à des postes 'sacro-saints'.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus