Lancement de la campagne pour la candidature olympique de Sion

Onze ans après la dernière votation concernant une candidature olympique, le Valais se lance ...
Lancement de la campagne pour la candidature olympique de Sion

Lancement de la campagne pour la candidature olympique de Sion

Photo: Keystone/OLIVIER MAIRE

Onze ans après la dernière votation concernant une candidature olympique, le Valais se lance une nouvelle fois dans l'aventure. La campagne s'est ouverte mardi avec la présentation d'un comité prêt à défendre le projet.

Ils sont 380, de tous horizons, à s'être engagés à promouvoir la candidature olympique de Sion. Sportifs, entrepreneurs, politiciens ou simples citoyens, tous se mobilisent pour ce 'projet fédérateur qui doit propulser le Valais dans le 21e siècle', a déclaré le directeur de la Chambre valaisanne de commerce et d'industrie Vincent Riesen lors d'une présentation.

'Seuls les Valaisannes et Valaisans sont capables de voter oui aux Jeux Olympiques', a déclaré le conseiller aux Etats bernois Hans Stöckli, vice-président du comité de candidature Sion 2026. La question est de savoir si le Valais peut financer ces jeux, a dit M. Stöckli. La réponse est 'oui, c'est gratuit', a-t-il déclaré.

Projet national

Seuls les coûts de sécurité et d'infrastructures non liés directement aux JO sont à la charge du canton. La totalité des frais est prise en charge par la Confédération, a déclaré M. Stöckli. 'Avec votre votation, vous jouez la carte Suisse'. Si le résultat est largement positif, Hans Stöckli imagine mal les Chambres fédérales refuser le financement fédéral.

Plusieurs orateurs se sont succédé au micro pour vanter le projet. Pour tous, les Jeux olympiques insuffleront une dynamique nouvelle dans le canton. Ils seront un accélérateur de projets et s'inscrivent dans les besoins de développement du Valais.

Le 10 juin, l'électorat valaisan devra se prononcer sur une participation financière du canton d'un montant maximum de 100 millions de francs. Elle est destinée à financer des infrastructures pérennes de 60 millions de francs. Le solde est prévu pour la prise en charge des frais de sécurité. Le Parlement cantonal en débattra lors de sa session de mars.

Le 8 juin 1997, après trois mois de campagne acharnée, le peuple avait accepté le projet à une majorité de 67,07%. Le vote portait sur une garantie de déficit cantonale de 30 millions de francs, un engagement financier du même montant et une responsabilité solidaire du canton en cas de déficit dépassant les garanties octroyées par les collectivités publiques.

/ATS
 

Actualités suivantes