La taxe d'inscription à l'Université de Fribourg augmentera de 33%

Le canton de Fribourg a annoncé que la taxe d'inscription à l'université augmentera de 180 ...
La taxe d'inscription à l'Université de Fribourg augmentera de 33%

La taxe d'inscription à l'Université de Fribourg augmentera de 33%

Photo: Keystone/GAETAN BALLY

Le canton de Fribourg a annoncé que la taxe d'inscription à l'université augmentera de 180 francs par semestre dès l'année académique 2018-2019. La facture sera de 720 francs pour les étudiants suisses ou liechtensteinois. Les doctorants devront payer 180 francs.

Les universités doivent assumer de nouvelles tâches, notamment dans le domaine de l'assurance qualité, explique le Conseil d'Etat fribourgeois mercredi dans un communiqué. L'alma mater veut en outre consolider et développer sa position sur les plans national et international.

La taxe augmente ainsi de 33%. Le gouvernement assure néanmoins que les moyens supplémentaires dégagés par cette hausse profiteront de différentes manières aux étudiants. La nouvelle taxe, certes plus élevée que celle réclamée par les universités de Genève et Lausanne, est proche de la moyenne suisse, souligne-t-il.

Le montant de 720 francs s'appliquera aux étudiants dont les parents sont domiciliés en Suisse ou au Liechtenstein, de même qu'aux étrangers disposant d'une autorisation d'établissement. Pour tous les autres, la taxe d'inscription s'élèvera à 870 francs par semestre.

Les doctorants devront désormais aussi s'acquitter d'une taxe, fixée à 180 francs. Mais les étudiants admis dans la voie du post-doctorat en seront exemptés. 'Exceptionnellement, pour des raisons sociales, le Rectorat pourra accorder aux étudiants et étudiantes une réduction totale ou partielle de la taxe d'inscription', selon les termes de la nouvelle ordonnance.

Manifestation jeudi

Les réactions à cette annonce du gouvernement ne se sont pas fait attendre mercredi. Dans une lettre au rectorat, les collégiens du canton écrivent que la hausse 'exclut de l'université la partie non négligeable des étudiants qui peinent dès à présent à joindre les deux bouts'. Elle revient à nier le droit à l'éducation pour toutes et tous, estiment-ils. Cette augmentation étant 'totalement injustifiée', le rectorat et le Conseil d'Etat se voient priés d'y renoncer.

Quant aux étudiants, inquiets depuis plusieurs semaines, ils s'opposent fermement à ces nouvelles taxes. L'Association générale des étudiants de l'Université de Fribourg a lancé mi-octobre une pétition qui demande un réexamen du budget de l'université et l'abandon du projet d'augmentation des taxes. Celle-ci est appuyée par plus de 5600 signatures. Une manifestation est prévue jeudi.

Accessibilité aux études

La jeunesse socialiste fribourgeoise (JSF) a appris la nouvelle 'avec colère'. Elle s'engage à lutter aux côtés des étudiants, car 'l'éducation est avant tout un droit et ne doit en aucun cas être réservée à une partie privilégiée de la population'. Les contraintes économiques ne doivent plus affecter l'accès aux études, plaide la JSF dans un communiqué.

Egalement soucieux de l'accessibilité aux études pour tous, les jeunes PBD Fribourg s'opposent à cette augmentation qui n'est 'ni tolérable, ni digne pour un canton moderne s'appuyant sur la jeunesse'. Le choix de suivre ou de ne pas suivre des études ne doit pas dépendre de la situation financière, font-ils valoir. 'Étudier coûte déjà assez cher'.

De son côté, le Syndicat des services publics critique la taxe nouvellement imposée aux doctorants, jugée insensée du fait que ces derniers travaillent pour l'université. 'Plutôt que de grever le budget des doctorants, des étudiants et de leurs familles, le canton devrait soutenir l'université en augmentant sa contribution afin de contribuer à son développement et à la qualité de son enseignement', écrit le syndicat dans un communiqué.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus