La qualité de l'air s'améliore dans le canton de Vaud

La qualité de l'air s'est globalement améliorée dans le canton de Vaud. En dix ans, les concentrations ...
La qualité de l'air s'améliore dans le canton de Vaud

La qualité de l'air s'améliore dans le canton de Vaud

Photo: Keystone

La qualité de l'air s'est globalement améliorée dans le canton de Vaud. En dix ans, les concentrations de tous les polluants atmosphériques ont diminué. Mais il reste un gros point noir, les particules fines.

'Ce n'est pas le moment de mollir. Il y a des progrès, mais il reste encore beaucoup à faire', a résumé mardi la municipale lausannoise Natacha Litzistorf, lors d'une conférence de presse donnée en compagnie de la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro.

Très problématiques il y a une trentaine d'années, les concentrations de monoxyde de carbone, de plomb, de dioxyde de soufre et de benzène ne sont pratiquement plus observées. Un 'combat gagné' notamment grâce aux économies d'énergie et aux technologies moins polluantes pour les véhicules et les chauffages.

Moins de décès prématurés

Cette réduction de la pollution a un impact sur la santé, qui a été évalué dans une étude. L'exposition moyenne des habitants aux particules fines et au dioxyde d'azote a reculé de 14% et 18%. Cela permet d'éviter chaque année 26 décès prématurés dus aux particules fines et 51 pour le dioxyde d'azote, a dit Jacqueline de Quattro.

La pollution de l'air provoque chaque année en Suisse quelque 3000 décès prématurés. Elle entraîne 20'000 jours d'hospitalisation pour des maladies cardio-vasculaires ou des voies respiratoires.

Plan d'action

Dans le canton de Vaud, malgré un léger recul, les concentrations de dioxyde d'azote (NO2) et, surtout, de particules fines (PM) restent trop élevées, tout particulièrement dans les centres urbains et à proximité des grands axes routiers. Ces polluants sont essentiellement émis par les chauffages et les véhicules.

Le canton prépare actuellement une révision du plan de mesures OPair de l'agglomération Lausanne Morges. Il mettra un accent particulier sur la réduction des émissions de particules fines dans les domaines de l'énergie, de la mobilité et du transport des marchandises.

'Nous voulons accroître notre efficacité', a glissé Mme de Quattro, sans dévoiler de mesures précises, le document n'ayant pas encore été soumis au Conseil d'Etat. Ces dispositions entreront en vigueur en 2018.

Réseau de mesures

Pour piloter son action, le canton dispose d'un réseau de surveillance de la qualité de l'air, avec sept stations fixes, une mobile et 200 capteurs. Une de ces stations a été déplacée d'Epalinges aux Plaines-du-Loup, lieu où va s'ériger le premier écoquartier lausannois. L'objectif est de mesurer les taux de pollution avant, pendant et après le chantier.

/ATS
 

Actualités suivantes