La prévention permet de réduire les décès liés à la canicule

Les canicules entraînent des décès supplémentaires. La surmortalité estivale peut toutefois ...
La prévention permet de réduire les décès liés à la canicule

Les canicules entraînent des décès supplémentaires. La surmortalité estivale peut toutefois être réduite grâce à une bonne prévention et des mesures ciblées, selon une analyse de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les fortes chaleurs peuvent provoquer épuisement et insolations, mais aussi aggraver les maladies déjà présentes, rappelle lundi l'OFSP dans un rapport de 40 pages sur les canicules de 2003, 2015, 2018 et 2019. Le taux d’admission aux urgences et la mortalité tendent à augmenter pendant les épisodes caniculaires, ainsi que les jours isolés où le mercure grimpe.

Durant l'été record de 2003, près de 1000 personnes supplémentaires sont décédées par rapport aux chiffres habituellement relevés à cette période, donne en exemple l'OFSP. Cela correspond à une surmortalité de 6,9%. En 2015, ce sont 804 décès de plus qui ont été enregistrés, soit une surmortalité de 5,4%.

La surmortalité liée à la chaleur a nettement diminué en 2018 et 2019, alors que les étés ont été à peine plus frais. En 2019, 458 personnes supplémentaires sont décédées. Cela équivaut à une surmortalité de 3%. Durant l’été 2018, seul le mois d’août, le plus chaud, a enregistré un taux de surmortalité qui a atteint 3,4 %.

L'OFSP y voit un effet de la sensibilisation de la population aux risques liés aux canicules et des mesures prises par les autorités, en particulier en Suisse occidentale et au Tessin. Le nombre de décès quotidiens augmente surtout en Suisse alémanique.

L'office recommande ainsi de maintenir les activités de prévention et les mesures de protection des personnes à risque. Des mesures d’adaptation à long terme protégeant les villes et les bâtiments des chaleurs excessives sont également indispensables.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus