La fête nationale continue, avec ou sans feux d'artifice

Des milliers de Suisses profitent du 1er Août férié pour se reposer des festivités de la veille ...
La fête nationale continue, avec ou sans feux d'artifice

Le président de la Confédération prône le compromis au Grütli

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

Le président de la Confédération Alain Berset a rappelé mercredi l'importance du compromis pour le succès de la Suisse. Il s'exprimait depuis l'emblématique prairie du Grütli, où quelque 1300 personnes étaient réunies pour célébrer la fête nationale.

Comme la veille lors d'un brunch à Bellegarde (FR) et dans sa commune de Belfaux (FR), Alain Berset a souligné que c'est grâce à sa capacité de compromis que la Suisse se porte bien aujourd'hui. Et d'ajouter que la prévoyance vieillesse et le système de santé ont besoin de bons compromis.

Le président de la Confédération a également relevé l'importance de l'égalité des chances pour la réussite économique du pays. Les sociétés qui donnent à chacune et chacun de bonnes chances de formation et d’emploi sont plus compétitives que celles qui laissent leur potentiel inexploité, a-t-il noté.

Montre symbolique

L'oeuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO) a justement saisi l'occasion de la fête nationale pour mettre en avant l'intégration par le travail en tant que facteur de cohésion. Présente avec 11 associations dans 18 cantons, l'OSEO a offert au président de la Confédération une montre mécanique, fruit d'un travail collectif et symbole de son engagement pour la cohésion, indique-t-elle dans un communiqué.

Le compromis vaut aussi dans les relations extérieures. C'est grâce à des compromis que les relations entre la Suisse et l'Union européenne fonctionnent, a répondu le président de la Confédération, interrogé par les journalistes en aparté. Un jugement qu'a confirmé à Keystone-ATS l'ambassadeur de l'UE en Suisse, Michael Matthiessen, présent au Grütli. Non sans préciser que l'UE elle-même est un compromis entre ses 28 Etats membres.

Selon M. Berset, la Suisse doit pouvoir continuer, en tant que petit pays, à compter sur des règles internationales. Et de rappeler que, malgré les problèmes de l'euro, le chômage et la migration, la situation en Europe a rarement été aussi bonne.

Langues des signes

Avant son allocution, qui mêlait les quatre langues nationales, Alain Berset a inauguré le nouveau 'Musée Grütli'. Situé à mi-chemin entre le débarcadère et la prairie, celui-ci abrite un extrait de l'exposition 'HEIMAT. Sur le fil des frontières', conçue par la Stapferhaus de Lenzbourg (AG).

Des bateaux affrétés pour l'occasion ont transporté les quelque 1300 participants de Brunnen (SZ) jusque sur la prairie du Grütli. Pour éviter toute mauvaise surprise de l'extrême droite, tous ont dû s'inscrire auprès de l'organisateur de la fête, la Société suisse d'utilité publique.

Cette année, les festivités sont placées sous le thème de la cohésion et présentent une nouveauté, l'interprétation des discours et de l'hymne national en langue des signes. Comme les années passées, l'hymne sera chanté à deux reprises, une fois dans sa version classique et une fois avec les nouvelles paroles ('Sur fond rouge, la croix blanche...').

Brunch à la ferme

Quelque 150'000 personnes , autant que d'habitude, selon l'Union suisse des paysans, d'amateurs ont pris la direction de l'une des quelque 360 exploitations proposant un brunch à la ferme. Rien que les sept fermes participant dans le Jura bernois ont servi quelque 1700 convives, a précisé la Chambre d'agriculture régionale.

Plusieurs conseillers fédéraux ont également pris part à ce qui est devenu une véritable institution: Simonetta Sommaruga à Münsingen (BE), Johann Schneider-Ammann à Hergiswil am Napf (LU) et Doris Leuthard à Villmergen (AG).

Pour Alain Berset, Simonetta Sommaruga, Johann Schneider-Ammann, Ignazio Cassis et Guy Parmelin, le marathon du 1er Août avait déjà commencé la veille. Seul Ueli Maurer, à l'étranger, ne participe pas aux festivités cette année.

/ATS
 

Actualités suivantes