La chasse aux présidences est ouverte en Valais

La course aux présidences des communes valaisannes trouvera son épilogue le 13 novembre. Le ...
La chasse aux présidences est ouverte en Valais

La chasse aux présidences est ouverte en Valais

Photo: Keystone

La course aux présidences des communes valaisannes trouvera son épilogue le 13 novembre. Le PLR devra batailler pour conserver les présidences de Sierre et de Martigny. A Naters, l'UDC pourrait décrocher une première présidence de ville.

La ville de Naters est l'un de ces points chauds. Le bras de fer oppose le conseiller national Franz Ruppen (UDC) au député au Grand Conseil Philipp Mattias Bregy (PDC) pour remplacer le sortant démissionnaire Manfred Holzer (PDC). Dans cette commune, le PDC a perdu un siège le 16 octobre au profit de l'UDC.

Jusqu'à présent peu représentée dans les villes valaisannes, l'UDC peut faire coup double à Naters: emporter la présidence après être devenue le parti principal. Franz Ruppen ne doute pas. Il est arrivé en tête de l'élection de l'exécutif communal le 16 octobre, devançant son concurrent pour la présidence de plus de 500 voix.

Mais la partie n'est pas encore jouée. Le PDC devrait pouvoir compter sur l'appui des chrétiens-sociaux et du PS. Les trois formations représentent ensemble 60% de l'électorat communal.

Dans les autres grandes communes haut-valaisannes, l'élection est déjà jouée tacitement. A Brigue, le sortant Louis Ursprung (indépendant) n'a pas de concurrent. Les présidents sortants de Viège, Niklaus Furger (PDC), et de Loèche, le conseiller national Roberto Schmidt (PDC), sont aussi réélus tacitement.

Triangulaire à Sierre

Les ambitions sont affûtées à Sierre et Martigny où les présidents sortants, tous deux PLR, n'ont pas brigué de nouveau mandat. Les autres partis entendent bien s'installer dans ces deux fauteuils présidentiels.

Mais le PDC n'aura pas la tâche facile à Martigny, fief radical. Arrivée en tête de l'élection à l'exécutif, Anne-Laure Couchepin Vouilloz (PLR), fille de l'ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin, a toutes les chances de devenir la première femme à présider une ville du Valais romand.

Le suspense est en revanche entier à Sierre où la présidence est convoitée par les trois partis représentés à l'exécutif. Les trois prétendants ont été les mieux élus de leur parti à l'exécutif. Et si le socialiste Olivier Salamin accuse un retard de quelques centaines de voix sur le PLR Marc-André Berclaz et le PDC Pierre Berthod, il estime avoir toutes ses chances dans cette triangulaire.

Ambiance à Grimisuat

Contrairement à Sierre où les trois candidats affichent une entente cordiale, la tension est palpable à Grimisuat. La présidente sortante, la conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet (PDC) est malmenée par une dissidence dans son parti qui critique sa gestion.

La campagne a encore été empoisonnée par une erreur dans l'envoi des listes de vote. Une centaine d'enveloppes ne contenait pas de bulletin avec le nom du dissident Raphaël Vuignier, candidat à la présidence. Un recours contre le scrutin n'est pas à exclure.

A Sion et à Monthey, les présidences ne sont pas contestées. Unique candidat, le PLR Philippe Varone succédera tacitement à Marcel Maurer (PLR) à Sion. A Monthey, le sortant Stéphane Coppey (PDC) n'est pas contesté. Le conseiller national Yannick Buttet (PDC) est également élu tacitement à la présidence de Collombey-Muraz.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus