La Suisse recule de trois rangs dans le classement climatique

La Suisse recule pour la seconde année consécutive dans le classement annuel du Climate Action ...
La Suisse recule de trois rangs dans le classement climatique

La Suisse recule de trois rangs dans le classement climatique

Photo: Keystone

La Suisse recule pour la seconde année consécutive dans le classement annuel du Climate Action Network (CAN). Perdant trois places, elle pointe désormais au 14e rang et 'passe à côté de décisions fondamentales en matière de protection climatique', fustige Greenpeace.

Selon l'organisation écologiste, la Suisse ne brille pas dans ce classement, publié mardi, qui compare les émissions de CO2 par habitant, l'évolution des émissions de CO2, ainsi que la politique climatique de 58 pays. La population helvétique est par exemple celle qui a le plus recours au chauffage au mazout, critique Greenpeace dans un communiqué publié après la parution du classement.

L'ONG a sorti sa pascaline: si la Suisse poursuit sa politique climatique actuelle, elle aura épuisé son budget carbone dans 15 ans. Ce concept renvoie à la quantité maximale d'émission de CO2 à ne pas dépasser pour maintenir le réchauffement mondial sous la barre des 2°C.

Greenpeace épingle également la politique de la Confédération, qui 'abuse de l'achat de certificats d'émission' à l'étranger pour se présenter 'comme une bonne élève' en matière de climat.

Podium vide

'La Suisse ne prend pas assez de mesures en faveur de la protection du climat et du virage énergétique à l'intérieur de ses frontières, ni pour le financement international des mesures en faveur du climat', juge de son côté le WWF, autre organisation écologique, dans un communiqué.

La Suisse n'est pas un 'élève modèle', a admis mardi à Paris le chef de la délégation suisse Franz Perrez. Le négociateur justifie le recul helvète par le fait que le Parlement n'a pas fini de statuer sur les objectifs du Conseil fédéral en matière de politique climatique.

Le classement climatique passe en revue 58 pays qui représentent plus de 90% des émissions mondiales de CO2. Comme aucun ne parvient à tenir l'objectif d'un réchauffement climatique plafonné à 2°C, les trois premières places restent vides. Le podium de substitution est composé du Danemark, du Royaume-Uni et la Suède, qui se classent respectivement 4e, 5e et 6e.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus