La « Fédérale » a attiré plus de 280'000 amateurs de lutte

L'affluence de la 44e 'Fédérale' a dépassé les attentes des organisateurs, lesquels espéraient ...
La « Fédérale » a attiré plus de 280'000 amateurs de lutte

La

Photo: Keystone

L'affluence de la 44e 'Fédérale' a dépassé les attentes des organisateurs, lesquels espéraient attirer 250'000 personnes. Près 255'000 amateurs de lutte ont assisté aux compétitions et 25'000 autres curieux sont venus visiter le site avant le début des festivités.

La saturation du trafic a pu être évitée, même au plus fort de la manifestation, samedi et dimanche, indiquent les organisateurs dimanche soir lors d'un point de presse. Des ralentissements momentanés ont été constatés aux abords des localités d'Estavayer et de Payerne (VD), mais ils ont été vite résorbés. L'appel à utiliser les transports publics a été entendu et tout le monde a pu rejoindre la fête à temps, ajoutent-ils.

Quelque 95'000 personnes ont gagné la place de fête en voiture, tandis que les bus ont véhiculé 22'000 passagers, précisent les organisateurs dans un communiqué dimanche soir. Environ 25'000 amateurs de lutte ont opté pour le train. Par ailleurs, 4000 visiteurs, surtout de la région, ont opté pour la mobilité douce, rejoignant le site à vélo.

Surtout des bobos

Policiers, services sanitaires, pompiers fribourgeois et vaudois ont collaboré pour réaliser une partition sans fausse note, déclare le chef de la gendarmerie fribourgeoise Philippe Allain. La police a dû intervenir pour 30 accidents de la circulation. Trois ont fait des blessés. Le dispositif était proportionné et nous avons pu faire face, assure-t-il.

Seize vols ont été signalés et quatre bagarres ont nécessité une intervention des forces de l'ordre. C'est minime pour une manifestation de cette ampleur, selon l'un des responsables de la sécurité.

Les services sanitaires n'ont pas non plus chômé tout au long de la 'Fédérale'. Ils ont été sollicités à 1354 reprises, essentiellement pour de la 'bobologie', selon les organisateurs. Ainsi, quelque 200 blessures dues à des bris de verre et une centaine de malaises par jour en raison de la chaleur ont été recensées parmi le public. Quarante-cinq personnes ont dû être transférées à l'hôpital, dont neuf en urgence.

Le roi est Bernois

Quant au nouveau roi de la lutte, il s'appelle Matthias Glarner. Ce Bernois, âgé de 30 ans, a terrassé le grison Armon Orlik devant plus de 52'000 personnes rassemblées dans l'arène.

Professeur d'éducation physique, le vainqueur du jour s'est déjà maintes fois illustré au sein de la Fédération bernoise de lutte suisse en remportant pas moins de 108 couronnes, dont trois fédérales. Conformément à la tradition, il pourra emmener Mazot de Cremo, un taureau reproducteur de 1,80 mètres pour 1100 kilos.

Aucun des 27 lutteurs romands (sur 275) n'est parvenu à décrocher une couronne. Ils se sont toutefois battus vaillamment, de l'avis de leurs fédérations respectives, et 17 d'entre eux ont réussi à se qualifier pour les compétitions finales du dimanche.

Tradition et solidarité

Dans son allocution dimanche, le président de la Confédération Johann Schneider Ammann a salué 'la tradition et l'esprit de solidarité qui rendent la Suisse plus forte'. Qui aurait osé imaginer que cette fête attirerait un quart de millions de visiteurs au 21e siècle, s'est exclamé le ministre bernois.

'Si le caractère vivace des traditions est un bon baromètre de la force, alors nous sommes plus forts que jamais. Je suis particulièrement heureux de voir la Romandie accueillir cette fête qui soude notre communauté nationale', a encore ajouté le conseiller fédéral.

Budget costaud

Cette 44e édition de la Fête fédérale de lutte a innové en présentant une cérémonie d'ouverture à la veille des compétitions, sur le modèle des Jeux olympiques. Ce spectacle, auquel ont collaboré 1500 musiciens, chanteurs et danseurs, a attiré près de 30'000 personnes vendredi.

Plus de 800 athlètes, lutteurs, lanceurs de pierre et joueurs de hornuss se sont ensuite affrontés samedi et dimanche, dans une ambiance festive. Les compétitions se sont déroulées à guichets fermés, mais le public a également pu assister aux joutes grâce aux trois écrans géants installés à l'extérieur de l’arène. Un million de personnes les ont également suivies sur les réseaux sociaux, indiquent les organisateurs.

La Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres est revenue en terre romande après quinze ans d'absence. C'est la première fois que la manifestation se dote d'un budget si élevé, soit 29 millions de francs. L’armée et la protection civile ont contribué à son succès, à raison de 5500 et 4000 hommes mobilisés par jour, ont précisé les organisateurs. Plus de 4000 bénévoles ont en outre apporté leur contribution tout au long des festivités.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes