La Confédération prévoit un déficit de 1 milliard de francs en 2021

Les finances fédérales devraient afficher un déficit de 1 milliard de francs en 2021. Le coronavirus ...
La Confédération prévoit un déficit de 1 milliard de francs en 2021

La Confédération prévoit un déficit de 1 milliard de francs en 2021

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Les finances fédérales devraient afficher un déficit de 1 milliard de francs en 2021. Le coronavirus plombe le budget de la Confédération adopté mercredi par le Conseil fédéral.

Sans le virus, le budget 2021 aurait affiché un excédent de 2,2 milliards de francs. Le Conseil fédéral devrait présenter un budget définitif en septembre. D'ici là, 'le déficit pourrait être de 2 milliards', a averti le grand argentier, Ueli Maurer.

Cela reste dans le cadre du frein aux dépenses, qui autorise un déficit de 3,3 milliards. Les chiffres seront dans le rouge, mais aucun paquet d'économie sera nécessaire. Cela devrait également être le cas pour la fin de la législature. 'Nous serons disciplinés afin de laisser le temps à l'économie de se reprendre', a déclaré le ministre des finances.

Pour 2020, la Confédération devrait afficher un déficit de 5 milliards. Et de nouvelles dépenses pourraient s'ajouter.

Une partie des recettes due pour cette année devrait être reportée en 2021. Les intérêts moratoires ayant été suspendus, de nombreuses entreprises paieront leurs impôts 2020 en 2021, a précisé M. Maurer. Selon les estimations, environ 3 milliards de francs pourraient être versés en 2021. Cela réduit la perte annoncée pour l'année prochaine.

Dépenses liées au virus

Pour 2021, des dépenses de 76,6 milliards sont prévues pour des recettes de 75,8 milliards. Les dépenses augmenteront de 2% à cause des coûts liées à la pandémie. Le gouvernement a demandé 1,6 milliard pour honorer les cautionnements (1 milliard), pour soutenir le sport (275 millions) et les médias (17,5 millions) et pour financer les tests (289).

Sans ces mesures, les dépenses se situent au niveau de 2020. Les dépenses destinées aux relations avec l'étranger diminueront de 0,3%. Le budget sécuritaire diminue également, de 0,4%, notamment à cause d'une actualisation de la planification dans le domaine de l'armement. Les dépenses liées au trafic (-2,5%) ainsi qu'à l'agriculture et l'alimentation (-0,5%) connaissent aussi un recul.

Dans le domaine de la formation et de la recherche, une hausse de 1% est prévue. Elle découle avant tout des moyens consacrés à la recherche appliquée. Les dépenses de la prévoyance sociale devraient augmenter de 0,2% malgré une diminution des demandes d'asile.

Pas d'augmentation d'impôts

De l'avis du Conseil fédéral, il ne sera pas nécessaire d'augmenter certains impôts pour réduire la dette. Les charges concrètes ne seront connues que dans les prochains mois.

Le Conseil fédéral veut attendre d'avoir une vue d'ensemble avant de décider comment réduire la dette liée à la crise. Il estime toutefois qu'elle pourra être amortie à moyen terme. La Suisse restera une place financière et économie attrayante. 'On s'en sortira avec un oeil au beurre noir', a conclu Ueli Maurer.

/ATS
 

Actualités suivantes