L'organisation des Yéniches à nouveau soutenue par la Confédération

L'Office fédéral de la culture (OFC) soutient à nouveau financièrement la Coopérative de la ...
L'organisation des Yéniches à nouveau soutenue par la Confédération

L'organisation des Yéniches à nouveau soutenue par la Confédération

Photo: Keystone

L'Office fédéral de la culture (OFC) soutient à nouveau financièrement la Coopérative de la roue de la grand-route. L'organisation faîtière des gens du voyage avait fait parler d'elle pour ses problèmes financiers. L'utilisation de l'argent est liée à des conditions.

Pour l'année courante, l'OFC soutient la coopérative avec 235'000 francs, a annoncé lundi Fiona Wigger, responsable du dossier à l'office. Elle confirmait une information de la radio alémanique SRF.

La coopérative a rempli les conditions posées par l'OFC, a expliqué Fiona Wigger. Fin mars, l'assemblée générale a en grande partie recomposé le conseil d'administration.

Par exemple, les Sinti sont désormais représentés. La collaboration avec les représentants de Suisse romande est aussi assurée et un nouveau règlement a été adopté, qui définit clairement les processus internes.

'Nous considérons la Coopérative de la roue de la grand-route comme une voix importante des Yéniches, Sinti et Roms', a souligné Fiona Wigger. L'organe offre notamment des conseils et gère un centre de documentation. Pour l'OFC, il est important que la coopérative collabore avec les autres et qu'elle participe de manière constructive au groupe de travail mis sur pied par l'office.

Année de transition

L'avenir reste ouvert: 'L'année 2015 est une année de transition que nous voulons l'utiliser pour chercher une nouvelle forme de collaboration', a expliqué Fiona Wigger à la radio. Le groupe de travail discutera de la voie à poursuivre.

Par le passé, l'OFC versait 265'000 francs par an à la coopérative. L'an dernier, l'organisation avait toutefois connu des problèmes financiers. Selon des informations précédentes de l'OFC, la coopérative présentait un découvert de 120'000 francs à la mi-année.

L'OFC était prêt à lui avancer 40'000 francs pour la tirer de ce mauvais pas, à condition que l'ensemble du conseil d'administration y compris le président Daniel Huber démissionne. Il s'agissait de rétablir la confiance et repartir d'un nouveau pied.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes