L'immigration motivée à 62% par des raisons professionnelles

L'immigration en Suisse est principalement motivée par des raisons professionnelles, selon ...
L'immigration motivée à 62% par des raisons professionnelles

L'immigration motivée à 62% par des raisons professionnelles

Photo: Keystone

L'immigration en Suisse est principalement motivée par des raisons professionnelles, selon des résultats préliminaires d'une étude du Pôle national de recherche 'NCCR - On the Move'. Et 70% des migrants estiment que leur situation professionnelle s'est améliorée.

Pour ce 'Migration-Mobility Survey', des chercheurs de l'Université de Genève (UNIGE) ont interrogé à fin 2016 6000 personnes arrivées en Suisse depuis 2006, a indiqué à l'ats Phlippe Wanner, vice-directeur du NCCR On the Move, revenant sur des informations publiées lundi par le Blick.

Les migrants provenaient de onze pays ou régions: Allemagne, Autriche, France, Italie, Royaume-Uni, Espagne, Portugal, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Inde et Afrique de l'Ouest. Questionnés sur leurs motivations, près des deux tiers (62%) ont invoqué des raisons professionnelles.

Les scientifiques relèvent toutefois de fortes variations selon les pays: alors que cette part dépasse 65% des citoyens du Royaume-Uni ou des pays voisins de la Suisse, elle est inférieure à 60% pour les personnes d’Espagne, du Portugal, d’Amérique du Nord et d’Inde.

Seuls 20% environ des migrants d’Afrique de l’Ouest et d’Amérique du Sud ont affirmé que leur immigration était motivée par des facteurs professionnels. Pour eux, la famille représente l’une des principales raisons citées (environ 65%).

Satisfaction élevée

'Nous avons été un petit peu surpris du niveau de satisfaction des migrants', commente le Pr Wanner, directeur de l'Institut de démographie et socioéconomie de l'UNIGE. En effet, 70% ont associé l'immigration en Suisse à une amélioration de leur situation professionnelle. Seuls 12% ont estimé qu'elle était meilleure auparavant.

Des différences importantes sont observées en fonction de l’origine. Pour plus de 75% des immigrants d’Europe du Sud (Portugal, Italie et Espagne), la situation s’est améliorée, alors que l’amélioration est moins prononcée pour les personnes d’Amérique du Nord et du Sud, ainsi que du Royaume-Uni (60%).

En outre, la situation se dégrade plus souvent pour les femmes (15%) que pour les hommes (10%). Pour les personnes originaires d’Inde, l’amélioration de la situation professionnelle concerne essentiellement les hommes. Chez les femmes, ce taux ne dépasse pas 45%.

Le Pôle national de recherche sur les flux migratoires 'On the Move' est coordonné par l'Université de Neuchâtel. Une dizaine de chercheurs vont maintenant développer les divers aspects de cette recherche, qui devrait faire l'objet d'un livre à la fin 2018, précise encore le Pr Wanner.

http://nccr-onthemove.ch/research/migration-mobility-survey/migration-mobility-survey-fr/

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus