L'Union patronale pour une réforme des prestations complémentaires

L'Union patronale suisse veut réformer 'en profondeur' les prestations complémentaires à l'AVS/AI ...
L'Union patronale pour une réforme des prestations complémentaires

L'Union patronale pour une réforme des prestations complémentaires

Photo: Keystone

L'Union patronale suisse veut réformer 'en profondeur' les prestations complémentaires à l'AVS/AI afin de 'garantir la sécurité sociale des plus faibles'. L'organisation patronale ne remet pas en cause le système 'qui a fait ses preuves'.

Le but de l'Union patronale est d'ouvrir le débat sur un sujet très complexe, a indiqué jeudi à Zurich Roland Müller, directeur, lors de la présentation d'une étude d'une centaine de pages. Les coûts ont explosé ces dernières années et il est indispensable de procéder à des réformes pour que le système reste finançable.

Selon les estimations de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), les dépenses des prestations complémentaires vont augmenter d'un milliard de francs d'ici à 2020 pour atteindre 5,5 milliards par année.

Au cours des dix dernières années, les coûts ont progressé de plus de 50% pour atteindre 4,5 milliards par an (+68% par rapport à 1993). Environ 300'000 personnes touchent actuellement des prestations complémentaires.

Démographie

L'accroissement des dépenses entre 2003 et 2012 est dû pour un tiers à la démographie, un tiers au système et révisions législatives, et un tiers à l'évolution de l'AI et aux révisions législatives la concernant.

Le financement à long terme est menacé si des réformes ne sont pas entreprises, estime l'Union patronale. Il faut notamment rendre le système plus transparent et plus simple, améliorer sa gérabilité et éliminer les 'mauvaises incitations'.

Il s'agit d'abord de désenchevêtrer les tâches communes de la Confédération et des cantons. Elle est favorable à centralisation de la gestion des prestations complémentaires, avec une préférence pour une cantonalisation plutôt que de tout confier à la Confédération.

Réinsertion professionnelle

Concernant les prestations complémentaires à l'AI, l'Union patronale est d'avis qu'il faut promouvoir la réinsertion professionnelle. Il s'agit essentiellement d'éliminer les effets de seuil afin d'inciter les bénéficiaires à réintégrer le monde du travail. Pour y parvenir, il faudrait, par exemple, relever les franchises sur le revenu et abaisser la base pour le calcul des besoins vitaux.

L'amélioration du système passe aussi par une lutte 'systématique et conséquente' contre les abus et les fraudes. Il est possible que des personnes 'possèdent une fortune considérable à l'étranger et perçoivent tout de même des prestations complémentaires en Suisse', peut-on lire dans le résumé de l'étude réalisée par l'Université de St-Gall pour le compte de l'Union patronale.

Pour l'économie, il est important d'assurer la viabilité financière à long terme du système des prestations complémentaires, a indiqué Roland Müller. Il permet de couvrir les besoins vitaux individuels, d'alléger le financement des assurances sociales et donc d'éviter une nouvelle hausse des charges salariales.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes