L'UDC Suisse veut dissoudre sa section Femmes

La section Femmes de l'UDC Suisse va disparaître. Sa présidente Judith Uebersax a fait une ...
L'UDC Suisse veut dissoudre sa section Femmes

L'UDC Suisse veut dissoudre sa section Femmes

Photo: Keystone

La section Femmes de l'UDC Suisse va disparaître. Sa présidente Judith Uebersax a fait une proposition en ce sens à la direction du parti, qui s'est montrée favorable. La présidente de la section romande est consternée.

Le manque d'intérêt et d'activité de cet organe pousse le parti à envisager sa dissolution, dans le cadre de la réorganisation du parti. 'La situation actuelle n'est pas satisfaisante. Lorsque nous organisons des événements, la participation est trop faible', explique Judith Uebersax à l'ats, confirmant l'information parue dans le Tagesanzeiger et le Bund mercredi.

Celle qui est aussi membre de la direction du parti a donc proposé deux variantes: soit le parti investit davantage, 'car on ne peut pas diriger une telle section bénévolement', soit on la dissout pour créer un poste de responsable de la politique familiale et sociétale au sein de la direction.

'C'est mon souhait. Je vais m'engager pour ce dossier. Cela se discutera au sein du groupe de travail sur la réorganisation du parti' et avec l'arrivée du nouveau président (Albert Rösti, ndlr.), ajoute Mme Uebersax.

Le dernier mot à l'assemblée

Pour la direction du parti, les sections Femmes pourraient continuer d'exister, mais au niveau cantonal. Maintenir une organisation féminine sur le plan national n'a plus beaucoup de sens, explique le secrétaire général Martin Baltisser dans une prise de position transmise à l'ats.

'La politique de l'UDC ne s'oriente pas spécifiquement à la question des genres, mais aux besoins de toutes les citoyennes et tous les citoyens', écrit encore M. Baltisser. Le sujet sera intégré à la révision des statuts en cours. L'assemblée des délégués de l'UDC Suisse aura le dernier mot.

L'UDC deviendrait ainsi le seul parti gouvernemental sans section Femmes. 'Mais contrairement aux autres partis, nous n'avons jamais eu de section séparée et autonome. A l'UDC, les femmes s'engagent dans le parti principal, pas tellement dans la section Femmes', explique Mme Uebersax.

'Inimaginable'

Contactée par l'ats, la présidente des Femmes UDC romandes Alice Glauser tombe des nues: 'Madame Uebersax n'en a jamais fait mention auprès de nous. Il faudrait peut-être qu'on en parle avant. Pour moi, c'est inimaginable.'

La conseillère nationale vaudoise reconnaît que 'les dames sont difficiles à motiver', mais souligne qu'il y a actuellement des jeunes femmes qui veulent s'engager. Elle se dit aussi 'étonnée sans l'être' par cette annonce: 'C'est vrai que nous n'avons aucun soutien du parti suisse. Est-ce que nous avons encore besoin de leur avis pour exister?'.

Interrogée sur le signal donné vers l'extérieur, la Vaudoise est catégorique: 'C'est regrettable. Nous ne voulons pas faire une politique de femmes, mais avec les femmes. Ce sont plutôt les hommes qui font une politique d'hommes.'

Vice-président du parti, Claude-Alain Voiblet était 'au courant de discussions' sur le sujet, mais pas davantage. Il admet que l'activité de la section Femmes n'était pas très visible ces dernières années.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus