L'OFS publie les condamnations pénales 2014 par nationalité

Les étrangers vivant en Suisse et originaires d'Afrique occidentale ou de République dominicaine ...
L'OFS publie les condamnations pénales 2014 par nationalité

L'OFS publie les condamnations pénales 2014 par nationalité

Photo: Keystone

Les étrangers vivant en Suisse et originaires d'Afrique occidentale ou de République dominicaine ont plus de probabilités d'être condamnés pour une infraction au code pénal. C'est ce qu'indiquent les chiffres publiés mardi par l'OFS.

L'Office fédéral de la statistique (OFS) a dévoilé, pour la première fois, les données relatives à la nationalité des personnes condamnées. Il distingue les individus qui sont établis en Suisse à long terme des autres étrangers.

Dans une première catégorie, qui comprend les Suisses et les étrangers au bénéfice d'un permis B ou C, l'OFS a calculé un taux de condamnation par nationalité (sur 1000 habitants) pour l'année 2014. Certains pays ont été réunis en un seul groupe en raison de difficultés à les distinguer dans les statistiques.

Parmi les plus grands groupes (au moins une centaine de condamnations), l'Afrique occidentale, la République dominicaine, l'Afrique septentrionale et la Turquie présentaient les taux de condamnation les plus élevés avec respectivement 29, 22, 19 et 12 condamnations pour 1000 habitants.

Le taux double chez les jeunes

Dans la classe d'âge des 18-29 ans, le taux de condamnation pénale des hommes originaires d'Afrique occidentale est de 78 pour 1000. Suivent les jeunes Dominicains (65/1000) et les jeunes Brésiliens (35/1000).

Chez les hommes âgés de 30 à 39 ans, le taux de condamnation des Dominicains était de 42 pour 1000 et celui des personnes issues d'Afrique occidentale de 38,5 pour 1000.

En chiffres absolus, les ressortissants d'un pays de l'ex-Yougoslavie ou d'Albanie (au bénéfice d'un permis B ou C) constituaient en 2014 le groupe avec le plus de condamnations pénales (2064). Le taux de condamnation reste toutefois dans la moyenne, à 9 pour 1000.

Quant aux Suisses, ils présentaient un taux de 2,7 pour 1000, à l'instar des Autrichiens, qui les classe après les Espagnols (4,6), les Italiens (4,1) et les Français (3,8) mais avant les Allemands (2,5).

Résidents temporaires

Pour les étrangers non titulaires d'un permis B ou C, l'Office fédéral de la statistique n'a pas calculé de taux de condamnation. En termes absolus, les Roumains ont été en 2014 les plus nombreux à être condamnés pour une infraction au code pénal (1798), devant les ressortissants d'Afrique septentrionale (1695) et ceux d'ex-Yougoslavie ou d'Albanie (1314).

Venaient ensuite les Français (879), les personnes originaires d'Afrique occidentale (793) et celles issues de l'ex-URSS (698). Suivaient les Italiens et les Allemands, avec respectivement 379 et 372 condamnations pénales.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes