Il ne faut pas « geler » le dialogue avant le référendum britannique

'Il ne faut surtout pas geler les discussions' avec les partenaires européens avant le référendum ...
Il ne faut pas « geler » le dialogue avant le référendum britannique

Il ne faut pas

Photo: Keystone

'Il ne faut surtout pas geler les discussions' avec les partenaires européens avant le référendum britannique, a dit lundi à Genève Didier Burkhalter. Si un accord Suisse-UE avant ce scrutin est 'peu probable', il évoque une possible conclusion pendant l'été.

'C'est difficile de continuer publiquement. Mais dans la réalité, il faut continuer à travailler', a déclaré devant la presse le conseiller fédéral, en marge du Conseil des droits de l'homme. Il a rencontré dans la matinée son homologue néerlandais Bert Koenders, dont le pays préside actuellement l'Union européenne.

Il lui a dit l'intérêt de la Suisse à trouver une solution commune sur l'interprétation de la libre circulation des personnes qui permette la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse.

L'avantage est que la Suisse connaît la date du scrutin britannique (23 juin, ndlr). L'inconvénient est qu'un accord négocié définitif d'ici-là 'est peu probable', selon M. Burkhalter. L'UE 'ne veut prendre aucun risque' sur le débat britannique. Elle a elle-même indiqué à plusieurs reprises ne pas vouloir régler le cas suisse avant ce vote.

'Nous partons vraisemblablement au Parlement avec une clause de sauvegarde unilatérale mais nous restons intéressés à cette discussion qui pourrait aboutir, par exemple, au hasard, pendant l'été', estime M. Burkhalter. Il s'est aussi entretenu brièvement lundi, mais durant quelques minutes seulement, avec le nouveau chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus