Horizon Europe: la porte n'est pas fermée, selon Parmelin

Pour le président de la Confédération Guy Parmelin, il serait regrettable mais pas surprenant ...
Horizon Europe: la porte n'est pas fermée, selon Parmelin

Horizon Europe: la porte n'est pas fermée, selon Parmelin

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

Pour le président de la Confédération Guy Parmelin, il serait regrettable mais pas surprenant que la Suisse soit classée comme pays tiers dans le programme de recherche Horizon Europe. La porte n'est pas fermée, assure-t-il.

En décidant de rompre les négociations sur l'accord-cadre, le Conseil fédéral était conscient du risque que la Suisse soit reléguée au statut de pays tiers dans Horizon Europe, indique Guy Parmelin dans une interview publiée samedi dans la Schweiz am Wochenende. 'Nous ne serions pas d'accord avec cela', ajoute-t-il.

Et de souligner qu'Horizon Europe n'est pas un accord d'accès au marché mais un accord dans le domaine de la coopération en matière de recherche. 'Cela n'a donc rien à voir avec l'accord-cadre et il n'y a aucune raison pour que la Suisse soit traitée plus mal qu'Israël, les Îles Féroé ou d'autres Etats', avance le Vaudois, qui concède toutefois, qu'en dernière instance, il s'agit d'une décision politique de l'UE.

La porte d'Horizon Europe n'est toutefois pas fermée, note le ministre de l'économie. Dans l'intervalle, la Suisse financera directement la participation à des projets de recherche de l'UE par le biais du Département de l'économie. Six milliards de francs ont été réservés à cet effet, précise M. Parmelin. Et d'ajouter: 'Notre objectif reste la pleine association à Horizon Europe'.

Le Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI) a indiqué vendredi que la Suisse ne fait pas partie des pays pour lesquels une association est prévue prochainement ou en cours de négociation. La Suisse est dans l'attente d'une information de la Commission européenne qui doit bientôt se prononcer sur les négociations en la matière.

'Compétitivité du pays menacée'

Interrogé dans les journaux romands de Tamedia, le président de l'EPFL Martin Vetterli ne cache pas son inquiétude. S'il prévoyait des répercussions suite à la fin de l'accord-cadre, il ne s'attendait pas 'à ce qu'on se fasse sortir de cette façon, au beau milieu de l'année. C'est une très mauvaise nouvelle.'

M. Vetterli souligne que la situation n'est pas comparable avec 2014 lorsque la Suisse avait été temporairement exclue suite à l'acceptation de l'initiative contre l'immigration de masse. 'Après le 9 février, on avait été mis sur la touche pendant six mois, avant d'être en grande partie réintégrés. Aujourd'hui, il semblerait qu'on soit même exclus des programmes en cours d'évaluation', détaille-t-il. De plus, en 2014, Horizon 2020 avait déjà démarré alors que le programme actuel est en cours de construction.

S'il ne s'attend pas à une fuite des cerveaux du jour au lendemain, le président de l'EPFL estime clairement que 'la compétitivité du pays est menacée'. Cela ne concerne pas seulement la recherche mais toute la chaîne de valeur.

Il attend désormais des décideurs qu'ils 'prennent ces dossiers au sérieux' et qu'ils parviennent à négocier un retour dans de bonnes conditions.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus