Heurts entre des jeunes et la police à St-Gall - La ville condamne

Vendredi soir, des jeunes ont attaqué la police dans le centre-ville de Saint-Gall. La police ...
Heurts entre des jeunes et la police à St-Gall - La ville condamne

Vendredi soir, des jeunes ont attaqué la police dans le centre-ville de Saint-Gall. La police a répondu par des tirs de balles en caoutchouc. La présidente de la ville, Maria Pappa a vivement condamné la violence d'une 'poignée de casseurs'.

St-Gall ne veut pas devenir le point de rencontre de la violence des jeunes, a-t-elle dit samedi lors d'une conférence de presse. La présidente souhaite que tous les auteurs de ces affrontements puissent rendre des comptes. 'Ici, c'est zéro tolérance pour ce genre d'acte', a-t-elle dit.

Mais tous les jeunes ne doivent pas être mis dans le même sac; beaucoup se sont comportés de manière pacifique et ont condamné les heurts, a ajouté la présidente qui a elle-même été témoin de la manifestation à ses débuts.

Une vingtaine d'interpellations

Entre 200 et 300 jeunes se sont rassemblés vendredi soir sur la Place rouge, un lieu traditionnel de rencontre pour les jeunes. Ce n'est que plus tard que la situation a dégénéré.

Une partie des manifestants ont jeté des bouteilles, des pétards et un cocktail molotov sur les policiers, qui ont répliqué avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.

Au total, 21 personnes ont été emmenées au poste de police pour répondre d'actes pénaux puis relâchées. Seize étaient de nationalité suisse et cinq de nationalité étrangère. La plupart viennent de St-Gall, du canton et de Suisse orientale. Un homme de 25 ans, recherché, a été arrêté à l'aube. Trente-trois personnes ont été expulsées de la ville.

Samedi matin, sept plaintes ont été déposées pour des dommages matériels d'un montant total de 50'000 francs. Des vélos ont été jetés sur la chaussée et des objets incendiés.

Deux jeunes blessés

Le commandant de la police de la ville, Ralph Hurni a expliqué que les forces de l'ordre avaient d'abord misé sur le dialogue et déployé une présence à titre préventif. Mais la situation s'est très vite dégradée. Deux jeunes ont été blessés lors des affrontements avec la police.

Les forces de l'ordre s'étaient préparées à une opération de grande envergure après des appels à venir manifester sur les réseaux sociaux. Elle a pu compter sur des renforts de Suisse orientale, de la police des transports des CFF et des pompiers. Un hélicoptère de la police cantonale de Zurich a même été engagé.

Sonja Lüthi (PVL), municipale en charge de la police, a défendu l'opération, la jugeant 'appropriée'. Elle a condamné avec force les violences des casseurs, des actes qu'elle a qualifiés d''intolérables'. Il y a une semaine, des échauffourées et des dégâts matériels ont déjà eu lieu après à une fête illégale à St-Gall.

Et jeudi dernier, la police cantonale valaisanne a aussi dû disperser un rassemblement de quelque 300 étudiants qui s'étaient réunis en fin de journée sur la place de la Planta à Sion. Des casseurs se sont mêlés à la foule. Sept personnes qui ont jeté des objets en direction des forces de l'ordre ont été interpellées.

/ATS
 

Actualités suivantes