« Heure pour la planète »: après Sydney, obscurité à Genève ou Moscou

Après l'Opéra de Sydney et les gratte-ciel de Hong Kong, le Kremlin ou la tour Eiffel se sont ...
« Heure pour la planète »: après Sydney, obscurité à Genève ou Moscou

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Après l'Opéra de Sydney et les gratte-ciel de Hong Kong, le Kremlin ou la tour Eiffel se sont à leur tour éteints samedi pour la 11e 'Earth Hour' (Heure pour la planète) destinée à mobiliser l'opinion contre le changement climatique mais aussi pour la nature.

Cette action a été observée au total par des millions de personnes réparties dans 187 pays. Les lumières se sont éteintes à 20h30 heure locale. La manifestation a été présentée par ses organisateurs comme 'le plus grand mouvement venu de la base' en faveur de la lutte contre le changement climatique.

Sion, Genève ou St-Gall

Dans toute la Suisse, des communes y ont aussi participé. Les châteaux de Valère et Tourbillon à Sion, l’Abbaye de St-Gall, la cathédrale Saint-Pierre à Genève et les châteaux de Bellinzone, entre autres, se sont éteints.

A l'étranger, l'Australie, où est née cette action en 2007, a comme chaque année lancé l'opération, plongeant dans le noir l'Opéra et le Harbour Bridge de Sydney. Les gratte-ciel de Hong Kong et de Singapour ont ensuite éteint leurs lumières, tout comme les tours Petronas de Kuala Lumpur ou la tour Burj Khalifa de Dubai, puis la tour Eiffel à Paris, l'Acropole à Athènes ou la basilique Saint-Pierre à Rome.

A Moscou, le Kremlin et la place Rouge se sont aussi retrouvés dans le noir, tandis que l'intensité lumineuse du segment russe de la Station spatiale internationale (ISS) devait être diminuée, selon l'agence spatiale russe Roskomos citée par l'agence Ria Novosti.

Guterres avertit

L'objectif 'est d'aiguiser les consciences sur la protection de l'environnement et de la faune sauvage', a expliqué Dermot O'Gorman, un responsable pour l'Australie de l'ONG pour la protection de la nature WWF qui coordonne l'événement à travers le monde.

Aucune autre action de défense de l’environnement n’est aussi globale, a souligné le WWF: plus de 7000 villes ont participé au mouvement, de même que des entreprises et des particuliers. 'Earth Hour' sensibilise à la nécessité d’une 'meilleure protection du climat pour protéger les humains et la nature des conséquences imprévisibles du dérèglement climatique'.

Cette opération 'arrive à un moment où la population et la planète sont sous pression. Le changement climatique va plus vite que nous. Ses conséquences inquiétantes sont sur nous', a mis en garde dans un message vidéo posté samedi sur Twitter le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, alors que les trois dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

Espèces menacées

L’étude la plus complète à ce jour sur les changements climatiques et la diversité des espèces vient d’ailleurs de démontrer que la poursuite de la politique actuelle en la matière met en danger une espèce sur deux dans les régions les plus précieuses du globe, écrit le WWF Suisse.

En plus d’attirer l’attention sur le thème du climat, cette action permet aussi de concrétiser de nombreux projets environnementaux. La production d’électricité solaire pour les villages en Inde et aux Philippines, la loi russe pour la protection de la forêt ou les efforts de reforestation au Kazakhstan avec 17 millions d’arbres plantés en sont quelques exemples.

/ATS
 

Actualités suivantes