Hausse des coûts de la santé: la prime moyenne grimpe de 0,2%

La prime moyenne de l'assurance obligatoire des soins augmentera de 0,2% seulement en 2020 ...
Hausse des coûts de la santé: la prime moyenne grimpe de 0,2%

Hausse des coûts de la santé: la prime moyenne grimpe de 0,2% en Suisse

Photo: Keystone/PETER SCHNEIDER

La prime moyenne de l'assurance obligatoire des soins augmentera de 0,2% seulement en 2020. Une hausse 'modérée' saluée dans l'ensemble par les acteurs de la santé et la classe politique. Mais, selon le canton, l'évolution sera comprise entre -1,5% (LU) et 2,9% (NE).

C'est le ministre de la santé Alain Berset lui-même qui est venu annoncer la nouvelle mardi à Berne. 'Il s'agit d'une des plus faibles hausses de primes maladie qu'on ait jamais eu depuis l'introduction de la Lamal' en 1996, a déclaré le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI).

'C'est une très bonne et encourageante nouvelle. Cela veut dire que l'on peut agir contre la hausse des coûts de la santé', a-t-il affirmé.

Se félicitant de cette augmentation 'presque nulle' pour l'an prochain, il a toutefois souligné que 'ce n'est pas la fin de l'histoire, le travail n'est pas terminé'. Il faut rester 'vigilant, ne pas relâcher l'effort. On sait que les coûts de la santé vont tendanciellement augmenter dans les années à venir', a prévenu M. Berset.

'Nous devons continuer à nous battre. Nous sommes condamnés à prendre des mesures chaque année', a-t-il insisté.

Les différents acteurs de la santé ont sans surprise salué dans l'ensemble cette 'hausse modérée'. Mais la plupart s'accordent aussi à dire qu'il ne s'agit pas d'un renversement de tendance durable. A ce titre, les partis politiques se montrent très prudents.

Statu quo pour les enfants

'S'il s'agit d'une hausse modérée par rapport aux années précédentes, cela s'explique par les mesures déjà prises pour freiner les coûts de la santé', explique l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La hausse de 0,2% est inférieure à la moyenne des années précédentes. La hausse avait été de 1,1% pour 2019.

Depuis l'entrée en vigueur de l'assurance obligatoire des soins, elle a augmenté en moyenne de 3,8 % par an. La prime moyenne tient compte de toutes les primes versées en Suisse et correspond à la charge moyenne de prime par personne.

Les projections montrent que dans dix cantons (AG, BE, BS, LU, SH, SO, SZ, VD, ZG, ZH), l'évolution de la prime moyenne sera inférieure à 0%, alors que dans cinq autres (AR, GR, NE, TI, VS), elle dépassera les 1,5%. Dans les onze cantons restants (AI, BL, FR, GE, GL, JU, NW, OW, SG, TG, UR), la hausse se situera entre 0 et 1,5 %. L'OFSP a approuvé toutes les primes pour un an.

La prime moyenne s'élèvera à 315,40 francs. Celle des adultes atteindra 374,40 francs, en augmentation de 0,3% par rapport à 2019. Celle des enfants sera de 98,70 francs et reste ainsi au même niveau qu'en 2019, détaille l'OFSP.

Celle des jeunes adultes, âgés entre 19 et 25 ans, s'élèvera à 265,30 francs en 2020, soit une baisse de 2% par rapport à 2019. Les primes des jeunes adultes avaient déjà baissé de 15,6% en raison d'une adaptation de la compensation des risques.

Neuchâtel, Tessin et Valais trinquent

Les cantons de Neuchâtel et du Tessin sont les moins bien lotis. Ils connaîtront la plus forte hausse, avec respectivement 2,9% et 2,5%. Suivent le Valais avec 2,2% d'augmentation moyenne puis Argovie et les Grisons avec 1,9%. Lucerne et Schaffhouse bénéficieront en revanche des plus fortes baisses, respectivement -1,5% et -1,1%.

Fribourg subira aussi une hausse, de 1,4%, Genève et le Jura de 0,5%. Le canton de Vaud connaîtra une légère baisse de 0,3%.

Plusieurs cantons ont dénoncé mardi l'opacité du système de santé. Jura, Genève et Valais en tête, ils reprochent à l'OFSP d'avoir pris cette année la décision de ne plus communiquer aux cantons les primes proposées par les assureurs. Ils s'interrogent aussi sur le montant très élevé des réserves actuelles de certaines caisses-maladie.

S'entendre et aller vite

'Les mesures prises ces dernières années pour limiter l'augmentation des coûts portent leurs fruits. L'adaptation de Tarmed, en 2018, a ainsi permis d'économiser quelque 500 millions de francs. Les baisses régulières des prix des médicaments depuis 2012 ont également généré des économies avoisinant le milliard de francs', a souligné M. Berset.

A la fin de la présentation des chiffres, le conseiller fédéral n'a pas manqué de plaider pour le volet de neuf mesures transmis en août dernier au Parlement qui responsabilisent tous les acteurs de la santé. Il a appelé les parlementaires des deux Chambres 'à trouver des majorités et à aller vite'. Un deuxième volet de mesures est prévu pour le début de l'année prochaine.

/ATS
 

Actualités suivantes