Genève: désaccords à droite sur la stratégie pour contrer la gauche

A Genève, l'incertitude était de mise lundi soir sur une stratégie de la droite pour le second ...
Genève: désaccords à droite sur la stratégie pour contrer la gauche

Genève: désaccords à droite sur la stratégie pour contrer la gauche

Photo: Keystone

A Genève, l'incertitude était de mise lundi soir sur une stratégie de la droite pour le second tour de l'élection au Conseil des Etats le 8 novembre. Alors que la droite bourgeoise annonce un candidat, la droite dure n'a pas encore décidé.

Après le retrait de son candidat Raymond Loretan, le PDC a appelé lundi soir à 'voter uniquement' pour son allié et ex-colistier Benoît Genecand, arrivé dimanche en troisième position après le duo rose-vert sortant. Objectif: 'briser le monopole de la gauche et freiner les ambitions du bloc populiste d'extrême droite.' Le PDC a annoncé qu'il ne fera pas alliance ni avec l'UDC ni avec le MCG.

Pour sa part, le PLR n'a fait aucune allusion aux deux partis à sa droite dans le communiqué qu'il a envoyé aux médias dans l'après-midi. Selon lui, 'la seule stratégie gagnante pour le deuxième tour de l’élection du Conseil des Etats est le maintien d’un seul candidat.' Il revient ainsi à Benoît Genecand 'de défendre les valeurs de l’Entente.'

'Partir unie'

De son côté, la droite dure n'a rien arrêté, le délai pour le dépôt des listes étant fixé à mardi midi. 'Nous déciderons mardi matin. Pour l'instant, tout est encore possible', a indiqué à l'ats le président du MCG Roger Golay. Pour mémoire, Eric Stauffer avait conditionné son retrait à celui de Raymond Loretan, afin de laisser la voie libre à l'UDC Yves Nidegger, mieux placé que lui.

L'UDC n'a pas non plus annoncé de décision en soirée. Dans l'après-midi, le parti appelait la droite à 'partir unie' en demandant à ses électeurs de soutenir Yves Nidegger et Benoît Genecand. 'A défaut, le message reçu des partis par leurs électeurs serait compris comme une invitation à la liberté de vote pour le second siège', précisait-il.

Bloc de gauche

De l'autre côté de l'échiquier politique, l'extrême gauche a retiré ses deux candidats pour soutenir le tandem sortant. 'Malgré nos divergences sur certains dossiers, il s'agit de barrer la route à la droite et à l'extrême droite', a expliqué le secrétaire général d'Ensemble à Gauche Pablo Cruchon.

En place depuis deux législatures, la socialiste Liliane Maury Pasquier et le Vert Robert Cramer sont arrivés en tête du premier tour de l'élection au Conseil des Etats dimanche. Ils n'ont toutefois pas atteint la majorité absolue.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes