Fribourg, Neuchâtel et Jura créent une école de police commune

La perspective d'une seule école de police romande s'éloigne durablement. Les cantons de Fribourg ...
Fribourg, Neuchâtel et Jura créent une école de police commune

Fribourg, Neuchâtel et Jura créent une école de police commune

Photo: Keystone

La perspective d'une seule école de police romande s'éloigne durablement. Les cantons de Fribourg, de Neuchâtel et du Jura créent leur propre structure à côté de celle de Savatan (VD) qui réunit Vaud, Valais et Genève.

Fribourgeois, Neuchâtelois et Jurassiens avaient déjà commencé à harmoniser leurs formations. Ils franchissent maintenant une nouvelle étape, qualifiée d'historique, en créant une école commune.

Les ministres de la sécurité des trois cantons, Erwin Jutzet, Alain Ribaux et Charles Julliard, ont signé une convention jeudi devant la presse à Morat (FR). Les commandants des trois polices Pierre Schuwey, Pascal Luthi et Damien Rérat étaient présents.

Pas d'entente sur un site romand

'Notre centre ne voit pas le jour en opposition à Savatan mais en parallèle', a dit le conseiller d'Etat fribourgeois Erwin Jutzet. 'On ne veut pas bloquer à tout jamais l'idée d'une école romande', a ajouté le Neuchâtelois Alain Ribaux.

Et des collaborations ne sont pas exclues entre les deux écoles. Mais pour l'heure, les six cantons sont en tout cas dans l'incapacité de s'entendre sur un site unique. Ils butent sur des questions géographiques, immobilières et financières.

En revanche, Fribourg, Neuchâtel et le Jura ont un intérêt évident à unir leurs forces. Ils partagent déjà une philosophie commune, et comptent gagner ensemble une taille suffisante pour acquérir un certain poids dans le paysage de la formation policière en Suisse.

Une école à taille humaine

Alain Ribaux décline quatre motivations, à commencer par la proximité géographique et les contacts privilégiés avec les corps de police concernés. De plus, l'accent est mis sur un enseignement de terrain, dispensé par des praticiens davantage que des théoriciens.

A ces arguments qualitatifs s'ajoute l'angle financier: ces cantons ont des coûts de formation 'comparables et raisonnables'. Les synergies devraient permettre de les contenir entre 35'000 et 37'000 francs par aspirant de police, contre environ 50'000 à Savatan.

Horizon 2017

L'effectif annuel pourra atteindre 60 à 70 aspirants. Actuellement, Fribourg en recrute une trentaine par an, Neuchâtel une vingtaine et le Jura moins d'une dizaine.

Pour l'instant, les cours continueront à se dérouler à Colombier (NE) et à Granges-Paccot (FR). Le choix entre un seul ou deux sites n'est pas encore tranché.

Le major Emre Ertan, issu de la police neuchâteloise, a été nommé directeur de la nouvelle entité. D'ici à fin 2016, il élaborera des variantes pour la structure définitive de cette école, qui seront soumises aux autorités politiques des trois cantons.

La structure consolidée devrait voir le jour en 2017 après cette phase intermédiaire. Ailleurs en Suisse, il y a des centres de formation dans les cantons de Lucerne, de Zurich, de Thurgovie et du Tessin.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus