Franc fort: le parti socialiste présente ses solutions

En pleine année électorale, les socialistes ne veulent pas laisser la droite se profiler sur ...
Franc fort: le parti socialiste présente ses solutions

Franc fort: le parti socialiste présente ses solutions

Photo: Keystone

En pleine année électorale, les socialistes ne veulent pas laisser la droite se profiler sur le franc fort avec un discours ultralibéral. Le parti a présenté jeudi ses recettes pour sortir de l'ornière après l'abandon du taux plancher face à l'euro. Celles-ci seront discutées samedi lors du congrès du PS à Martigny (VS).

Pour le président du parti Christian Levrat, le programme en 18 points du PLR signe le retour à la politique menée par Margaret Thatcher dans les années 80. Pas question, à gauche, de voir les travailleurs payer les pots cassés.

Taux plancher

Le plan socialiste repose sur quatre piliers. La Banque nationale doit tout d'abord réintroduire un taux plancher face à l'euro ou face à un panier de monnaies. Dès que possible, l'euro devrait à nouveau s'échanger à au moins 1,15 franc. A moyen terme, il faut viser un taux de change entre 1,35 et 1,40 franc pour un euro.

Parallèlement, la Banque nationale (BNS) doit renforcer les taux négatifs et diversifier ses placements en acquérant des titres d'entreprises étrangères dans des secteurs stratégiques pour la Suisse, à la manière d'un fonds souverain, estime le conseiller national vaudois Jean Christophe Schwaab.

Pour mieux contrôler le transfert de capitaux, il faudrait aussi introduire une taxe (1 à 3 centimes) sur les transactions en francs sans assise économique réelle.

Formation

Deuxième exigence: recourir aux bénéfices de la BNS pour lutter contre le chômage et améliorer la formation. La moitié des 2 milliards redistribués cette année devraient aller au renforcement de l’assurance-chômage et aux programmes de formation continue pour les personnes au chômage partiel. L’autre moitié devrait financer une offensive de formation continue.

Autre champ d'action: le combat contre l'îlot de cherté. Le PS exige que les fabricants et distributeurs répercutent les gains de change en faveur des consommateurs. La Commission de la concurrence est, elle, appelée à lutter contre les entraves aux importations parallèles.

Enfin, le PS promet de se battre par tous les moyens contre des mesures faites au détriment des travailleurs. Dans sa ligne de mire: les extensions des heures de travail, les baisses de salaires ainsi que toute flexibilisation ou déréglementation.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus