Esther Friedli sort de l'ombre de Toni Brunner

Esther Friedli est restée longtemps dans l'ombre de son partenaire Toni Brunner, ancien président ...
Esther Friedli sort de l'ombre de Toni Brunner

Esther Friedli sort de l'ombre de Toni Brunner

Photo: KEYSTONE/EDDY RISCH

Esther Friedli est restée longtemps dans l'ombre de son partenaire Toni Brunner, ancien président de l'UDC et ex-conseiller national st-gallois. Dimanche, c'est elle qui a été élue au Conseil national sur une liste de l'UDC.

Bernoise d'origine, Esther Friedli est âgée de 42 ans. Elle a étudié les sciences politiques, le droit constitutionnel et l'économie. Elle a d'abord été membre du PDC avant de rejoindre l'UDC.

Sa nomination comme secrétaire générale du Département de l'éducation du canton de St-Gall en 2008 n'est pas passée inaperçue, car elle est la partenaire de Toni Brunner. Pendant six ans, elle a été la collaboratrice de Stefan Kölliker, le premier conseiller d'Etat st-gallois issu de l'UDC.

Retour à Berne

Onze ans plus tard, elle retourne à Berne pour y représenter l'UDC st-galloise. 'Esther Friedli fait un super boulot comme secrétaire de parti', a déclaré lundi à Keystone-ATS Walter Gartmann, président de la section cantonale st-galloise de l'UDC.

Sa liaison avec Toni Brunner n'est certainement pas étrangère à son élection. 'Toni Brunner et Esther Friedli sont une marque connue en Suisse', selon Walter Gartmann. La nouvelle conseillère nationale a pu profiter du réseau de son partenaire.

Toni Brunner n'était pas au centre électoral dimanche. 'Il devait s'occuper du restaurant' que les deux partenaires tiennent depuis deux ans à Ebnat-Kappel (SG), précise Walter Gartmann. L'ambiance n'était pas à la fête. Le parti a perdu un de ses cinq sièges.

Société de conseil

En 2015, Toni Brunner et Esther Friedli ont fondé une société de conseil. Elle s'est occupée cette année-là de la campagne de l'UDC zurichois Roger Köppel. Avec succès. Le rédacteur en chef de la Weltwoche a été élu brillamment au Conseil national.

Une année plus tard, Esther Friedli a tenté de se faire élire au gouvernement st-gallois. Elle a été nettement battue au deuxième tour par le libéral-radical Marc Mächler.

En 2016 toujours, elle a mené la campagne contre un crédit de 5 millions de francs pour une étude de faisabilité en faveur du projet d'exposition nationale en Suisse orientale. Les St-Gallois et les Thurgoviens ont dit non au crédit et ainsi enterré le projet d'Expo2027.

/ATS
 

Actualités suivantes