Eric Stauffer condamné pour infraction à la loi sur les stupéfiants

Le député MCG Eric Stauffer a été reconnu coupable d'infraction à la loi fédérale sur les stupéfiants ...
Eric Stauffer condamné pour infraction à la loi sur les stupéfiants

Eric Stauffer condamné pour infraction à la loi sur les stupéfiants

Photo: Keystone

Le député MCG Eric Stauffer a été reconnu coupable d'infraction à la loi fédérale sur les stupéfiants. Le Ministère public genevois lui reproche d'avoir organisé une transaction pour acheter de la cocaïne.

Il a été condamné à 45 jours-amende à 230 francs avec sursis et à une amende de 2500 francs, annonce jeudi le MCG. Le parti a dénoncé dans un communiqué une ordonnance de condamnation 'relevant plus du brûlot politique que d'une décision pénale objective'.

L'ordonnance n'est pas définitive dès lors qu'elle peut faire l'objet d'une opposition dans les dix jours, précise le porte-parole du Ministère public genevois. Le MCG a déjà annoncé son intention de recourir.

L'affaire remonte à septembre 2013. Eric Stauffer est alors en campagne pour l'élection au Conseil d'Etat. Dans le cadre de cette campagne, il décide de démontrer via une vidéo que le trafic de drogue est installé dans les rues 'sous le regard impuissant des autorités judiciaires'.

Un cameraman du MCG filme alors une transaction effectuée entre un dealer et un autre membre du MCG qui endossait le rôle de l'acheteur. Une fois le deal effectué, Eric Stauffer et ses acolytes ont immédiatement appelé la police pour dénoncer le vendeur de drogue. Ce dernier a été arrêté et les deux boulettes de cocaïne ont été remises aux forces de l'ordre.

La vidéo inititulée 'Dealers aux Pâquis-Genève septembre 2013' a ensuite été largement diffusée sur internet. Le Ministère public a ordonné en novembre l'ouverture d'une instruction pénale contre Eric Stauffer et l'acheteur pour infraction à la loi sur les stupéfiants.

Un objectif politique

Aucun des deux membres du MCG n'avait l'intention de consommer ou de revendre de la drogue, ont-ils précisé. Il s'agissait d'une opération avec un objectif politique afin de démontrer qu'on pouvait acheter de la drogue à Genève en quelques minutes, selon les déclarations d'Eric Stauffer reprises dans l'ordonnance de condamnation datée du 18 mai.

Mais le Ministère public genevois balaie cet argument. Les agissements d'Eric Stauffer tombent bel et bien, selon la justice, sous le coup de la loi fédérale sur les stupéfiants.

Le contexte de campagne électorale dans lequel l'infraction est intervenue n'influence pas la qualification des faits, selon le porte-parole du Ministère public. Ce dernier précise aussi que seuls les policiers sont habilités à conclure des transactions fictives de stupéfiants, dans le but de confondre des dealers.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus