Enregistrement d'un discours d'André Blattmann: officier condamné

La justice militaire a condamné un officier d'état-major de l'armée suisse. Ce dernier avait ...
Enregistrement d'un discours d'André Blattmann: officier condamné

Enregistrement d'un discours d'André Blattmann: officier condamné

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

La justice militaire a condamné un officier d'état-major de l'armée suisse. Ce dernier avait clandestinement enregistré un discours controversé de l'ancien chef de l'armée André Blattmann, qui dénigrait 'de manière inappropriée et personnelle' un présentateur de SRF.

Vendredi, le tribunal militaire 5 de St-Gall a reconnu l'officier coupable de manquement multiple au règlement de l'armée. Il est condamné, avec sursis, à 30 jours-amende à 90 francs et à une amende de 900 francs.

Le tribunal n'a pas retenu la violation du secret professionnel, a dit à l'ats le porte-parole de la justice militaire, Mario Camelin, confirmant des informations du Tages-Anzeiger et du Bund.

'Traître à l'abattoir'

M. Blattmann avait déclaré en avril dernier devant un parterre de 150 officiers d'état-major lors d'un séminaire: 'Je me réjouis que l'on arrête le malfaiteur, le traître et je me réjouis qu'on l'amène à l'abattoir'.

Il faisait référence au responsable de la fuite de documents révélant des problèmes en lien avec le projet d'acquisition du nouveau système de défense sol-air BODLUV, suspendu depuis par le ministre de la défense Guy Parmelin.

André Blattmann avait ensuite dénigré le journaliste de la SRF Sandro Botz, lui reprochant d'avoir relayé la fuite, en faisant un jeu de mots insultant sur son nom de famille. La rédaction alémanique a exigé des excuses, le chef de l'armée s'est exécuté.

Le Département de la défense s'était distancié de ses propos, tout en rappelant que le discours avait été tenu dans un cercle privé. C'est sur ordre du divisionnaire Philippe Rebord que la justice militaire avait ouvert une enquête contre inconnu.

Enregistrement interdit

L'officier avait enregistré ce discours sans autorisation avant de le télécharger sur le chat du groupe WhatsApp de Giardino, dont il est membre. A l'époque Giardino s'opposait au développement de l'armée. Peu après, l'enregistrement avait été relayé par la presse.

Le verdict peut faire l'objet d'un recours.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus