En Valais, les écoliers apprendront à affronter un séisme

Comprendre les tremblements de terre, les ressentir dans son corps et tenter d'y faire face ...
En Valais, les écoliers apprendront à affronter un séisme

En Valais, les écoliers apprendront à affronter un séisme

Photo: Keystone

Comprendre les tremblements de terre, les ressentir dans son corps et tenter d'y faire face: les écoliers apprendront cela au nouveau Centre pédagogique de prévention des séismes inauguré vendredi à Sion.

Les tremblements de terre représentent le plus grand risque naturel en Suisse. Le Valais est la région la plus exposée, avec un séisme de magnitude 6 tous les 50 à 100 ans.

Mais savoir que le danger existe ne donne pas pour autant les clés pour l'affronter. Le canton a donc chargé la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale valaisanne (HES-SO Valais) de développer un concept de prévention, en collaboration avec le Service sismologique suisse.

Deux ans et demi plus tard, le Centre pédagogique de prévention des séismes (CPPS) est inauguré dans le chef-lieu valaisan. Il s'agit d'un outil unique en Suisse et en Europe par son envergure, ont affirmé ses concepteurs.

Simulateur de 30 mètres carrés

Dès 2017, les classes valaisannes inscriront le CPPS à leur programme. Chaque jeune le visitera jusqu'à trois fois durant son cursus scolaire, précise Jean-Marie Cleusix, chef du service valaisan de l'enseignement.

Le parcours commence par une exposition interactive. Les élèves comprennent le phénomène des séismes de manière ludique. Ils sont ensuite prêts à ressentir les secousses.

Pour cela, ils pénètrent dans un grand simulateur de 30 mètres carrés. Construit expressément par la HES-SO Valais durant deux ans et demi, il peut reproduire des séismes jusqu'à une magnitude de 7.

Les visages se crispent

Vendredi, c'est une classe du cycle d'orientation de Sion qui a pris place dans l'espace muni de chaises, de tables et d'un écran géant. Le premier séisme d'une magnitude de 6,3 provoque encore quelques rires. Mais celui de 7, avec images et bruits impressionnants de l'impact sur l'environnement, ne fait plus rire grand monde. Les mains s'accrochent aux tables, les visages se crispent.

Un troisième module apprendra aux jeunes les bons gestes pour se mettre à l'abri et ceux à accomplir pour épargner des vies. Se mettre sous une table ou dans un encadrement de porte, s'éloigner des vitres, veiller à fixer préalablement bibliothèques ou étagères ou encore se préparer des kits de sécurité peuvent sauver, souligne Anne Sauron-Sornette, géophysicienne et cheffe du projet CCPS.

1,4 million de francs

Les enfants dès l'école primaire auront droit à une immersion dans le CCPS. 'Pour les plus petits dès 4 ans, nous envisageons de créer un programme spécial', précise Anne Sauron-Sornette.

Jusqu'en juin prochain, dix classes testeront le centre. Puis les partenaires tireront un bilan.

Le coût du simulateur s'élève à 1,2 million de francs environ. Il est financé par l'Etat du Valais (470'000 francs), la Loterie romande (400'000) et la HES-SO Valais (330'000). Le reste du CCPS a coûté quelque 250'000 francs, pris en charge à part égal par le canton et la HES-SO Valais.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus