Dix ans après la disparition de sa fille, la mère d'Ylenia se confie sans haine

L'enlèvement et le meurtre d'Ylenia, âgée de 5 ans et demi, remonte à 10 ans. Le crime commis ...
Dix ans après la disparition de sa fille, la mère d'Ylenia se confie sans haine

Dix ans après la disparition de sa fille, la mère d'Ylenia se confie sans haine

Photo: Keystone

L'enlèvement et le meurtre d'Ylenia, âgée de 5 ans et demi, remonte à 10 ans. Le crime commis le 31 juillet 2007 avait bouleversé toute la Suisse. La petite Appenzelloise se trouvait 'au mauvais endroit au mauvais moment', déclare sa maman avec du recul.

Dans un entretien accordé à l'ats, Charlotte Lenhard déclare ne ressentir aucune haine: 'Je ne veux pas penser à lui (le meurtrier), mais à mon enfant'. Le jour de sa disparition, Ylenia s'est rendue à la piscine couverte d'Appenzell, située à côté de son jardin d'enfants, pour récupérer un shampooing qu'elle avait oublié la veille. Elle ne rentrera jamais à la maison.

Des semaines de recherches

Un retraité suisse établi en Espagne l'enlève et la tue le même jour avant de se suicider. La police et de nombreux bénévoles ne retrouvent toutefois le corps de la fillette que sept semaines plus tard, après de longues recherches ayant aussi mobilisé des plongeurs, des chiens et des hélicoptères.

Il a été découvert le 15 septembre 2007 dans une forêt, à proximité de l'autoroute A1, près d'Oberbüren (SG). L'enfant avait été empoisonnée par son ravisseur avec un diluant. L'homme était probablement pédophile. Il n'a toutefois pas abusé sexuellement de la fillette, selon la police.

'Parfois, je me demande ce qui serait arrivé s'il avait plu, ce jour-là', dit Charlotte Lenhard en se remémorant les faits. Et d'ajouter que de telles pensées ne mènent à rien.

Photos, bricolages et urnes

Après le drame, la mère d'Ylenia a reçu une aide psychologique professionnelle pour faire son deuil et revivre malgré le crime sordide dont sa fille a été victime. Elle vit toujours dans l'appartement qu'elle partageait avec sa fille et les enfants de son ex-compagne au moment du drame. 'Je n'ai jamais voulu déménager, c'est ici que je sens Ylenia proche de moi.'

Dans le salon, une place est réservée aux photos et aux bricolages que la petite avait réalisés au jardin d'enfants et pendant ses loisirs. Au milieu se trouve une copie de l'urne funéraire, une pièce de poterie en forme d'ange.

L'urne qui contient les cendres de l'enfant est, elle, enterrée au cimetière d'Appenzell. Les deux objets ont été réalisés par le demi-frère et la demi-soeur de la petite, qui avaient alors entre 7 et 8 ans.

Charlotte Lenhard se rend toujours régulièrement au cimetière pour se recueillir. Elle se déplace rarement sur le lieu où le corps de son enfant a été découvert. Elle y a toutefois fait installer un lieu de recueillement.

'Elle voulait devenir infirmière'

Aujourd'hui, Ylenia aurait eu 15 ans. 'Voir d'anciens camarades du jardin d'enfants de ma fille qui viennent de boucler leur scolarité obligatoire me rend triste', admet sa mère. 'Elle voulait devenir infirmière, comme moi.'

Agée de 53 ans, Charlotte Lenhard n'a pas été épargnée par le destin. Au moment de la disparition d'Ylenia, les enfants de son ex-compagne vivaient déjà sous son toit, leur mère souffrant de problèmes psychiques. Celle-ci s'est entretemps donnée la mort.

'Il fallait que je sois forte pour eux. Ils avaient grandi avec Ylenia et vécu la disparition de leur petite soeur', explique celle qui est devenue la mère adoptive des deux enfants aujourd'hui adolescents.

Fondation

Pour donner un sens à la mort de sa fille, Charlotte Lenhard a créé la fondation 'Ylenia'. De nombreuses personnes avaient, en effet, manifesté leur sympathie après le drame en versant des dons. Cet argent a permis de financer deux projets d'aide à des familles pauvres des Philippines.

Si la mère d'Ylenia s'adresse aujourd'hui aux médias, à l'occasion des 10 ans de sa disparition, c'est pour la fondation. 'Je ne veux pas de pitié. Il m'est d'ailleurs difficile de livrer mes sentiments', souligne-t-elle. Pour continuer à vivre et à être utile, la fondation Ylenia a, elle, besoin de nouveaux dons.

www.ylenia.ch

/ATS
 

Actualités suivantes