Dimanche 29 novembre 2015

Différentes réformes à venir sur le plan fédéral, initiatives soumises au vote et chassés-croisés ...
Dimanche 29 novembre 2015

Dimanche 29 novembre 2015

Photo: Keystone

Différentes réformes à venir sur le plan fédéral, initiatives soumises au vote et chassés-croisés de l'actualité suisse constituaient les thèmes très variés abordés par la presse dominicale. En voici les principaux titres:

Le Matin Dimanche: Alain Berset va discuter ces prochains jours avec les cantons, après la décision de Glaris de réduire l'enseignement du français à une branche à option pour une partie des élèves du cycle d'orientation. Cette décision 'ne correspond pas à la stratégie des langues de la Conférence des directeurs de l’Instruction publique (CDIP), stratégie que la Confédération soutient', assure dans Le Matin Dimanche le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI). 'J'ai donc prévu une discussion ces prochains jours avec les cantons', avant de décider 'quelle réponse donner à cette situation', poursuit-il. Cela fait un an et demi que le ministre socialiste brandit la menace d'une intervention de la Confédération au cas où des cantons s'écarteraient des règles du concordat HarmoS (sur l'harmonisation scolaire) à ce sujet.

Le Matin Dimanche: D'ici à 2020, le gouvernement veut flexibiliser l'âge de la retraite, élever celui des femmes et baisser le taux de conversion minimal du deuxième pilier. Selon un sondage représentatif de l'institut GfS Berne pour Pro Senectute, consulté par Le Matin Dimanche, les jeunes sont désécurisés par cette refonte. Une partie des 18-39 ans ne sait pas que penser de ce paquet ficelé par le ministre des Affaires sociales, Alain Berset. Ainsi, 28% des sondés de cette tranche d'âge déclarent être ni pour ni contre le projet. Il y a un an, ils n'étaient que 10%. Toujours parmi ces jeunes, le nombre de ceux approuvant la réforme a baissé de 13%. GfS a demandé aux sondés si les sacrifices que ce paquet implique sont équitablement répartis: 55% sont persuadés que le projet est équitable, alors qu'ils étaient 60% l'an dernier.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Les derniers chiffres publiés par l'Office fédéral de la statistique (OFS) et consultés par Le Matin Dimanche montrent que la population étrangère serait fortement touchée par l'initiative de mise en œuvre de l'UDC, aussi appelée 'pour le renvoi effectif des étrangers criminels'. En 2014, si l'on avait appliqué ses critères, 10'210 étrangers condamnés auraient été renvoyés, alors que la loi d'application du Parlement n'en aurait renvoyé elle que 3863, soit une différence de 6347 renvois. Si l'on ne prend que les permis B ou C, le premier texte aurait conduit à deux fois plus de renvois: 2195, contre 1088 avec la version du Parlement. Cette différence s’explique notamment par le catalogue de délits plus étendu du texte de l'UDC. Le 28 février prochain, le peuple devra décider lequel des deux textes entrera en vigueur.

Le Matin Dimanche: Confédération, employeurs et chercheurs s'attaquent aux causes du burnout. Avéré, le mal est l'objet d’un premier séminaire national jeudi prochain à Fribourg. 'Nous l'avons inscrit comme action prioritaire, conçue et mise en place d’entente avec les cantons, responsables de l'exécution, pour un programme qui court de 2014 à 2018', explique dans Le Matin Dimanche Valentin Lagger, chef de l'inspection fédérale du travail au SECO. Plus d'un million d'actifs seraient atteints de près ou de loin, estime Promotion Santé Suisse. Le colloque national du 3 décembre, organisé par le SECO et la Haute Ecole de gestion (HEG-FR), sera une première du genre. 'De très nombreux acteurs concernés ont répondu présent, des patrons, des RH, des experts, une centaine de participants en tout', se félicite le directeur de l'école Rico Baldegger.

NZZ am Sonntag: Le corps suisse des gardes-frontière (Cgfr) a arrêté à la frontière nord du pays quelque 1800 réfugiés au cours des quatre dernières semaines. Parmi eux, 444 ont été renvoyés immédiatement en Allemagne, soit quatre fois plus qu'en octobre, indique la NZZ am Sonntag, qui a consulté les derniers chiffres du Cgfr et de Secrétariat d'Etat aux migrations. Aux côtés des renvois, plusieurs autres mesures du Cgfr sont entrées en vigueur au début du mois. La coopération avec la police allemande a été renforcée. Avec notamment pour effet que les procédures administratives concernant ces renvois ont été simplifiées.

NZZ am Sonntag: Confédération, cantons et communes ont déboursé en 2014 au total 3,24 milliards de francs pour la coopération au développement, soit 0,51% du revenu national brut. Ainsi, la Suisse a atteint pour la première fois - et un an plus tôt que prévu - l'objectif de développement émis par le Parlement il y a quatre ans, rapporte la NZZ am Sonntag. Les perspectives futures sont toutefois quelque peu plus sombres. D'après le plan financier, le Conseil fédéral veut économiser dans les années à venir 58 millions de francs dans le domaine de la coopération internationale. Selon les estimations actuelles, cet objectif devrait faire retomber le pourcentage à 0,48% pour 2020.

SonntagsZeitung: Plusieurs personnalités de la gauche tessinoise ont fondé un comité soutenant la création d'un deuxième tube au Gothard. D'après la SonntagsZeitung, Renzo Amborosetti, co-président du syndicat Unia, en est le fondateur. Il dit craindre un appauvrissement de la Lévantine en cas de fermeture du tunnel routier pour assainissement. Le comité, qui compte parmi ses membres notamment l'ancienne conseillère aux Etats PS Patrizia Pesenti et le clown Dimitri, doit être présenté lundi. Les syndicats, les organisations environnementales, le PS et les Verts sont sur le plan national contre la création d'un deuxième tube au Gothard.

Zentralschweiz am Sonntag/Ostschweiz am Sonntag: Le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann souhaite étendre à 18 mois l'autorisation pour le chômage partiel accordée aux entreprises en janvier. Dans la Zentralschweiz et l'Ostschweiz am Sonntag, il annonce qu'il fera une demande en ce sens au Conseil fédéral. 'En prolongeant à 18 mois le chômage partiel, nous communiquons des conditions claires et un signal important: nous donnons aux entreprises davantage de temps pour qu'elles s'adaptent au nouveau cadre et essayons par là même de maintenir l'emploi en Suisse', explique le ministre dans cette interview aux journaux alémaniques. Fin janvier dernier, après l'abandon du taux plancher de l'euro, l'autorisation de chômage partiel avait été introduite pour 12 mois.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus