Dimanche 18 octobre 2015

Entre analyses et projections pour les élections fédérales, les thèmes dans la presse de dimanche ...
Dimanche 18 octobre 2015

Dimanche 18 octobre 2015

Photo: Keystone

Entre analyses et projections pour les élections fédérales, les thèmes dans la presse de dimanche demeuraient très hétéroclites, les journaux accordant une place particulière à des sujets liés à l'économie. En voici les principaux titres:

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Les voitures sans conducteur devraient faire perdre un jour des passagers aux bus, trams et trains. Dans son dernier rapport annuel, Guido Schoch, directeur des transports en commun de la Ville de Zurich, met en garde: ces voitures permettront l'utilisation du temps de transport pour se détendre ou travailler et, si elles sont propulsées à l'électricité, l'argument écologique en faveur des transports publics (TP) tomberait aussi. Les CFF songent dès lors à exploiter pour leur compte des voitures sans conducteur. 'C'est concevable', assure Andreas Meyer, patron de l'ex-régie, au Matin Dimanche. Il dit y voir 'une immense opportunité': ces voitures robots permettraient aux TP d'offrir 'de véritables solutions porte-à-porte'.

Le Matin Dimanche: Les banques suisses investissent des centaines de millions de francs dans leurs agences pour conserver le contact avec leurs clients. Mais les fermetures d'agences en campagne commencent. Selon des données qu'a pu obtenir Le Matin Dimanche, il s'avère que 29% des Suisses déclarent ne se rendre à leur agence bancaire qu'une fois par an et 20% avouent même qu'il n'y vont 'jamais'. Les 51% restants affirment s'y rendre une fois par semaine (11%), une fois par mois (16%), une fois tous les trois mois (11%) et une fois tous les six mois (12%), alors que 1% ne sait pas. En clair, un Suisse sur deux a un rapport plus que lointain avec sa banque. L'argent se retire désormais au bancomat, le trafic des paiements se fait par Internet et l'état de son compte se vérifie à toute heure en ligne.

Le Matin Dimanche: Le père de famille de 43 ans violemment frappé par le videur d'un établissement public le 25 septembre à Genève est toujours entre la vie et la mort. Les médecins des Hôpitaux universitaires de Genève l'ont sorti du coma artificiel, mais il est encore aux soins intensifs. Par ailleurs, d'après Le Matin Dimanche, dans les jours qui ont suivi le drame, le Département genevois de la sécurité a ouvert une procédure administrative à l'encontre de l'exploitante du Rooftop, le restaurant-bar dans lequel le prévenu était employé. La raison: depuis la révision du Concordat sur les entreprises de sécurité en 2014, les établissements doivent obtenir le feu vert des autorités cantonales avant de faire travailler des videurs. La patronne du Rooftop n'a jamais demandé d'autorisation.

SonntagsBlick: Le phénomène de la sous-enchère salariale est particulièrement répandu en Suisse romande, au Tessin et dans l'agglomération zurichoise, souligne Gian-Luca Lardi, président central de la Société suisse des entrepreneurs (SSE), dans une interview au SonntagsBlick. Dans les régions près des frontières, où l'écart entre les salaires des Suisses et des étrangers est le plus marqué, on contourne d'autant plus la convention nationale (CN) pour le secteur de la construction, rappelle-t-il. Or selon lui, il ne serait pas très efficace de renforcer la CN qui arrive à échéance à la fin de l'année, comme le demandent les syndicats. Au contraire, il craint une augmentation de ces cas de contournement avec un texte plus rigide, ce qui risque de créer 'une société à deux vitesses'.

Schweiz am Sonntag: Le patron de Swiss, Harry Hohmeister, salue la coopération de la compagnie aérienne avec les syndicats. S'il entre au directoire de Lufthansa à Francfort l'an prochain, il tentera d'y implanter le pragmatisme helvétique, assure-t-il dans une interview à la Schweiz am Sonntag. 'Même si nous nous sommes souvent disputés avec les syndicats, nous avons toujours fini par nous entendre', illustre M. Hohmeister. Il salue par ailleurs la ministre des transports Doris Leuthard pour son récent appel à mieux considérer l'aviation helvétique et les aéroports nationaux. 'Swiss et l'aéroport de Zurich ne devraient pas se faire de soucis' si le Conseil fédéral pense ce qu'il dit et si les cantons eux aussi 'appliquent une politique raisonnable' pour les aéroports.

NZZ am Sonntag: Le Ministère public genevois enquête sur le cas d'un diplomate éthiopien qui aurait voulu en 2012 forcer une ressortissante de son pays, alors âgée alors de 19 ans, à lui donner un rein. La NZZ am Sonntag relate que l'homme avait amené avec lui en Suisse la jeune Ethiopienne pour qu'elle soit opérée dans un hôpital genevois. Le diplomate avait subtilisé son passeport et l'avait menacée de faire exécuter sa famille en cas de non-coopération. Un employé de l'hôpital avait commencé à avoir des soupçons et avait alarmé la police. D'après des sources officieuses, le diplomate s'est volatilisé. Le groupe d'experts du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) avait rendu ce cas public en le relayant dans un rapport.

Schweiz am Sonntag: Des 24 millions de francs de dons récoltés jusqu'ici pour les réfugiés, la Chaîne du bonheur a investi moins d'un million seulement dans des projets d'aide le long de la route des Balkans, a confirmé l'organisation à la Schweiz am Sonntag. Plus de 90% du montant total est destiné à des projets en cours en Syrie, en Irak et dans les pays environnants. Le directeur de la Chaîne du bonheur, Tony Burgener, a apparemment décidé de limiter les contributions à l'aide aux réfugiés sur la route des Balkans à 200'000 francs maximum par nouveau projet afin d'assurer une aide rapide et non bureaucratique. Caritas, qui prévoyait d'allouer bientôt 2,3 millions à la Chaîne, monte au créneau: 'nous ne comprenons pas cette décision', s'étonne Odilo Noti, membre de la direction, ajoutant que le don de Caritas n'est dès lors plus assuré.

Ostschweiz am Sonntag/Zentralschweiz am Sonntag: Le Secrétariat général du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) subit des transformations en profondeur. 'Le chef du DDPS a décidé un recentrage plus étroit sur les projets-phares du département', indique Brigitte Rindlisbacher, secrétaire générale du DDPS, dans un document interne repris par la Zentralschweiz am Sonntag et la Ostschweiz am Sonntag. Par ailleurs, on veut y renforcer le thème central du département, à savoir la sécurité. Dans cette optique, le secrétaire général suppléant Christian Catrina, notamment, devrait reprendre les principales tâches d'Ueli Maurer, dont l'équipe sera dissoute dès 2016.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes