Dimanche 17 mai 2015

Les titres de la presse de dimanche sont: 'Le Matin Dimanche' 'SonntagsZeitung' 'NZZ am ...
Dimanche 17 mai 2015

Dimanche 17 mai 2015

Photo: Keystone

Les titres de la presse de dimanche sont:

'Le Matin Dimanche'

'SonntagsZeitung'

'NZZ am Sonntag'

'Schweiz am Sonntag'

'SonntagsBlick'

'Zentralschweiz am Sonntag'

'Ostschweiz am Sonntag'

La presse dominicale se déchaîne à nouveau sur l'affaire de lobbying au Parlement. Selon , la et la , la transmission d'informations provenant de la commission de la politique extérieure (CPE) de la Chambre du peuple pourrait avoir des suites judiciaires pour Christa Markwalder (PLR/BE). Selon le président de la commission, Carlo Sommaruga, l'affaire sera traitée à l'interne, mais la commission pourrait bien porter plainte pour violation du secret. S'ensuivrait une enquête du Ministère public de la Confédération et une procédure de levée de l'immunité parlementaire. Selon la , les femmes du PLR soutiennent 'à 100%' Christa Markwalder. Le président du parti, Philipp Müller, a dit que le PLR entendait éclaircir le cas sans ménagement, promettant la transparence. Dans le , il parle de craintes au PLR quant aux retombées sur l'image du parti. La et l'évoquent aussi l'affaire.

'Le Matin Dimanche':

Une délégation du Parlement européen vient à Berne vendredi prochain pour examiner la fiscalité des entreprises helvétiques et les fameux tax rulings. Elle représente la commission spéciale créée en février suite aux révélations du LuxLeaks, afin d'enquêter sur les avantages fiscaux illégaux accordés aux multinationales dans différents pays. Selon le programme obtenu par 'Le Matin Dimanche', le groupe de sept députés européens emmené par le Français Alain Lamassoure sera reçu par le Département fédéral des finances (DFF). 'Ils seront reçus par le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales, Jacques de Watteville', confirme son porte-parole Mario Tuor.

'Le Matin Dimanche':

L'enquête sur l'accident de train de Granges-Marnand (VD), qui avait fait le 29 juillet 2013 un mort - un conducteur - et 26 blessés, n'est pas close. La Chambre des recours pénale du Tribunal cantonal du canton de Vaud a demandé il y a une semaine au Ministère public d'ouvrir une enquête directement contre les CFF, une décision qui va dans le sens de la famille de la victime qui avait déposé une plainte contre l'ex-régie fin 2014. Le procureur avait alors jugé qu'il n'y avait pas assez d'éléments pour ouvrir une enquête. Les proches avaient fait recours contre cette non-entrée en matière. La question est de savoir si la collision frontale entre les deux trains s'est produite à cause du mécanicien survivant qui a grillé un feu rouge ou de la sécurité du réseau.

'Le Matin Dimanche':

Les CFF gèrent environ 2700 hectares de talus bordant les voies. Un travail d'entretien effectué par des tondeuses, mais aussi des moutons, moins bruyants et plus respectueux de la biodiversité. L'entreprise ferroviaire a révélé en début de semaine qu'elle avait recruté 80 moutons pour cette tâche. Montant de la transaction? Les CFF restent discrets sur ce point. Le troupeau peut brouter quelque 1000 m2 par jour. Les moutons sont basés à Liestal (BS) depuis le 9 mai. Dans une semaine, ils vont monter à bord de boxes de transport qui font aussi office d'étable mobile et se rendre sur une nouvelle parcelle, à découvrir sur le site de la compagnie ferroviaire.

'Le Matin Dimanche':

Même s'il relativise son échec lors des dernières élections municipales à Genève, Eric Stauffer dit entrevoir la fin de sa carrière politique. Le fondateur du MCG confie qu'il ne s'occupera de la chose publique que jusqu'à fin 2019 au plus tard. 'Je pense à me présenter au National et aux Etats cet automne. Si je suis élu, cela me ramènerait à fin 2019. Ce serait parfait', affirme Eric Stauffer. 'Sinon, je m’arrêterai en 2018, à l’issue de mon mandat de député', assure-t-il. Eric Stauffer quittera l'exécutif d'Onex le 1er juin.

'NZZ am Sonntag':

Le code de procédure pénale doit être révisé sans attendre, selon les cantons. Hans-Jürg Käser, président de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP), pointe un 'grave' dysfonctionnement dans la pratique. 'Le législateur a été trop loin en renforçant le droit de participation' des parties, estime-t-il. Le Bernois critique le fait que dans la pratique, la police ne peut pas interroger des prévenus sans la présence de toutes les parties. Pour y remédier, la CCDJP propose que la police ne puisse utiliser des preuves contre un suspect que si celui-ci a eu l'occasion de s'entretenir au moins une fois avec les autres suspects au cours de la procédure.

'NZZ am Sonntag':

L'an dernier, la Suisse a accordé sa protection à 71% des requérants d'asile, un chiffre très élevé comparé à la moyenne européenne, selon des données de l'office européen de statistiques Eurostat. Environ 15'500 demandeurs d'asile ont ainsi pu bénéficier d'un droit de séjour en Suisse. Dans la plupart des autres pays d'Europe, c'était bien moins, sauf pour la Suède, Malte, Chypre et la Bulgarie, qui présentent aussi des chiffres élevés. Presque deux tiers des cas se rapportent pour la Suisse à une protection temporaire de ces personnes, Berne n'ayant pas reconnu de motifs d'asile valables.

'Schweiz am Sonntag':

Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) a sondé dans le cadre d'une enquête interne 423 requérants au bénéfice d'un droit de séjour temporaire sur leur formation et expérience professionnelle. Les chiffres, non publiés, montrent que plus de la moitié des réfugiés disposent de plusieurs années d'expérience professionnelle. Parmi eux, 7% possèdent un titre universitaire et 2% ont étudié dans une école technique. Un sondé sur dix a soit fréquenté le gymnase, soit suivi un apprentissage professionnel. L'enquête s'inscrit dans le projet pilote 'Utiliser les potentiels - Rattrapage de formation'.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus