Deux initiatives pour arrêter d'importer foie gras et fourrure

La Chancellerie fédérale a donné mardi son feu vert au lancement de deux initiatives populaires ...
Deux initiatives pour arrêter d'importer foie gras et fourrure

Deux initiatives pour arrêter d'importer foie gras et fourrure

Photo: KEYSTONE/AP/BOB EDME

La Chancellerie fédérale a donné mardi son feu vert au lancement de deux initiatives populaires. Celles-ci visent à interdire l'importation de foie gras et de produits à base de fourrure fabriqués dans des conditions cruelles pour les animaux.

Les deux comités d'initiative ont jusqu'au 28 décembre 2023 pour récolter les 100'000 signatures nécessaires, lit-on dans la Feuille fédérale. S'ils y parviennent, le Conseil fédéral, puis le Parlement et enfin probablement le peuple et les cantons pourront se prononcer sur ces initiatives.

L'initiative populaire 'Oui à l'interdiction d'importer du foie gras' (initiative foie gras) veut interdire constitutionnellement l'importation de foie gras et de produits à base de cet abat.

Celle intitulée 'Oui à l'interdiction d'importer des produits à base de fourrure fabriqués dans des conditions de cruauté envers les animaux' (initiative fourrure) veut également interdire l'importation de fourrure. Dans les deux cas, le Parlement doit édicter les dispositions d'exécution au plus tard deux ans après l'acceptation de l'initiative.

Interventions en suspens au Parlement

Des personnalités connues, comme le publiciste suisse Erich Gysling, le présentateur de télévision Kurt Aeschbacher, des membres actuels du Parlement comme le conseiller aux Etats Thomas Minder (sans parti/SH) ainsi que les conseillères nationales Doris Fiala (PLR/ZH) et Martina Munz (PS/SH), font partie des deux comités.

Plusieurs interventions allant dans le même sens que les deux initiatives sont en suspens au Parlement. Le Conseil national a approuvé une interdiction d'importer du foie gras et des produits à base de fourrure fabriqués de manière cruelle pour les animaux. Le Conseil des Etats a jusqu'à présent rejeté ces deux textes.

Le Conseil fédéral a lui déclaré n'être pas favorable à une interdiction d'importation. Il dit travailler à une déclaration obligatoire pour les produits étrangers fabriqués selon des méthodes interdites en Suisse.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus