Des traces confirment la présence d'un ours dans les Grisons

Un ours est effectivement présent dans un vallon latéral du Val Mesolcina, au sud des Grisons ...
Des traces confirment la présence d'un ours dans les Grisons

Des traces confirment la présence d'un ours dans les Grisons

Photo: Keystone

Un ours est effectivement présent dans un vallon latéral du Val Mesolcina, au sud des Grisons. Un garde-chasse a trouvé vendredi des traces du plantigrade imprimées dans un sol tendre. Mais lui-même n'a pas aperçu l'animal.

La présence d'un ours dans le vallon reculé de Roggiasca a été signalée jeudi par un chasseur, qui a aperçu l'animal. Pour y voir plus clair, un garde-chasse du district de Moesa s'est rendu sur place vendredi.

Les traces découvertes ne permettent toutefois pas d'obtenir des renseignements sur l'âge ou le sexe de la bête, a expliqué samedi Nicola De Tann, chef des gardes-chasse du district, interrogé par l'ats. Les traces ont été lessivées par la pluie. En revanche, il ne fait aucun doute qu'elles proviennent d'un ours.

Impossible de dire si l'ours, venu d'Italie, va rester dans la région, selon M. De Tann. Le vallon de Roggiasca offre certes au plantigrade de bonnes conditions de vie, mais il peut aussi être rapidement de retour en Italie. Les ours en déplacement peuvent accomplir des distances importantes en peu de temps.

Monitorage par les bergers et les chasseurs

Le service des gardes-chasse va maintenant lancer un monitorage, en collaboration avec les bergers et les chasseurs. Comme la chasse de montagne vient de commencer dans les Grisons, de nombreux adeptes sont à l'oeuvre en ce moment. Ce n'est donc pas un hasard si l'ours a été aperçu jeudi par un chasseur: c'était le premier jour de la chasse, qui dure trois semaines dans le canton.

Lorsque le plantigrade a vu le chasseur, il a passé sur l'autre versant du vallon. 'C'est bon signe. Cet ours a visiblement peur de l'homme', avait expliqué Nicola De Tann. Le risque est ainsi d'autant plus faible de voir le grand prédateur s'approcher de zones habitées.

La crainte de l'homme augmente les chances de survie de l'animal. Car les ours qui n'ont pas peur de l'humain et qui s'approchent plusieurs fois des habitations sont abattus pour des raisons de sécurité. Ce fut le destin de M13. Après un peu moins de trois ans passés dans les Grisons, cet individu âgé de trois ans avait été tué en février 2013 par un garde-chasse.

Pas de quoi s'agiter

Le Val di Roggiasca se situe à plusieurs heures de marche des prochaines maisons, situées sur la commune de Roveredo (GR). Il n'y a donc pas de quoi s'agiter, selon le Nicola De Tann. Mais la présence de cet ours requiert la vigilance des détenteurs d'animaux de rente. Les troupeaux doivent être réunis durant la nuit près des bâtiments d'alpage. Certains alpages disposent en outre de chiens.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus