Des requérants hébergés dans l'Auberge de jeunesse de Delémont

Le canton du Jura augmente ses capacités d'accueil pour faire face à l'afflux de requérants ...
Des requérants hébergés dans l'Auberge de jeunesse de Delémont

Des requérants hébergés dans l'Auberge de jeunesse de Delémont

Photo: Keystone

Le canton du Jura augmente ses capacités d'accueil pour faire face à l'afflux de requérants d'asile. L'Auberge de jeunesse de Delémont et un ancien hôtel à Montfaucon seront aménagés pour héberger des migrants.

Les structures d'hébergement sont actuellement en suroccupation, a indiqué vendredi l'Association jurassienne des migrants (AJAM). Au total, 820 personnes sont placées aujourd'hui dans les centres du canton contre 620 l'année dernière à la même époque.

Un répit est venu des Auberges de jeunesse. L'AJAM indique avoir été contactée par la direction suisse des Auberges de jeunesse qui met à disposition son établissement de Delémont durant sa fermeture hivernale. Le directeur national de cette institution et l'AJAM ont estimé après une visite que le bâtiment se prêtait bien à l'accueil d'une soixantaine de migrants.

Les premiers requérants y seront installés dès le 2 novembre. Mais l'occupation est limitée au 30 avril 2016. Le Conseil communal de Delémont a été informé de ce projet qui a obtenu l'accord du Service cantonal de l'action sociale. D'autres cantons viennent de conclure un tel accord avec les Auberges de jeunesse, a souligné l'AJAM.

Hôtel aux Franches-Montagnes

D'autres requérants d'asile seront logés dans un hôtel de Montfaucon qui n'est plus exploité. L'AJAM louera tout le bâtiment, permettant ainsi d'y héberger une quarantaine de personnes. Il s'agit d'une solution transitoire d'une durée initiale de deux ans.

Un tout-ménage a été distribué à la population de ce village des Franches-Montagnes. Ce texte souligne la compréhension des autorités communales quant à la nécessité d'offrir des places d'hébergement supplémentaires pour accueillir les migrants attribués au canton du Jura par la Confédération.

Pour des raisons d'équilibre entre les régions, il est nécessaire d'ouvrir une nouvelle structure dans les Franches-Montagnes. En effet, l'AJAM se doit d'assurer une répartition équitable des requérants sur l'ensemble du territoire cantonal. Sur les 820 migrants hébergés jusqu'ici dans le Jura, une soixantaine seulement réside dans le district des Franches-Montagnes.

Pas d'abris PC

L’AJAM, mandatée par le canton pour l'hébergement et l'encadrement des requérants, considère les abris de protection civile (PC) comme une solution humainement insatisfaisante et de surcroît onéreux. Des contacts sont en cours avec des communes et des propriétaires d'immeubles offrant de grandes capacités d'hébergement.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus