Des rentes linéaires pour tous et moins d'argent pour les enfants

Les familles avec enfants doivent s'attendre à une baisse de leurs prestations avec la réforme ...
Des rentes linéaires pour tous et moins d'argent pour les enfants

Le National réforme l'AI en coupant dans les rentes pour enfants

Photo: KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF

Les familles avec enfants doivent s'attendre à une baisse de leurs prestations avec la réforme de l'assurance invalidité (AI). Le National a profité jeudi d'un projet destiné à optimiser la réinsertion professionnelle jeudi pour réduire les rentes pour enfants.

Il a adopté ensuite le projet sans opposition. Toute la gauche s'est abstenue. La balle passe dans le camp du Conseil des Etats.

L'AI ne devant plus avoir de dettes d'ici à 2031 selon les dernières prévisions, le gouvernement n'avait pas inclus de grandes mesures d'économie dans sa copie, ce dont la gauche s'était réjouie mercredi. Le National a toutefois renversé la vapeur.

Il a repêché par 106 voix contre 66 la coupe des rentes pour enfants qui figurait dans une précédente réforme enterrée par le Parlement en 2013. Rebaptisée au passage 'allocation parentale', l'allocation devrait s'élever à 30% au lieu de 40% de la rente du parent après un délai de transition de trois ans.

L'UDC, le PLR et une partie du centre droit ont ainsi voulu éviter que les familles concernées soient mieux loties que celles qui ne sont pas à l'AI. Ces économies sont nécessaires car l’AI est toujours endettée et les prévisions d'assainissement du Conseil fédéral sont trop optimistes, a fait valoir ce camp.

C'est un coup trop dur asséné aux parents handicapés qui ne fera que gonfler les charges des prestations complémentaires, s'est insurgée la gauche. Le Conseil fédéral y était aussi opposé. La réduction des rentes pour enfant permettra à l’AI d’économiser 112 millions de francs et à l’AVS 72 millions par an, a précisé le ministre Alain Berset.

Rentes linéaires

La réforme apporte un autre grand changement. Les rentes ne seront pas attribuées selon quatre échelons. Une personne invalide à 40% recevra moins d'argent qu'un invalide à 45% alors que les deux cas donnent droit à un quart de rente actuellement. Le montant maximum restera atteint avec une invalidité de 70%. Le but est d'inciter les bénéficiaires d’une rente AI à rester le plus possible dans la vie active.

Le nouveau modèle dit linéaire ne l'est pas du tout, ont fustigé la gauche et la grande majorité du PDC en réclamant le statu quo. Il créera des gagnants et des perdants, a expliqué Benjamin Roduit (PDC/VS) et n'évitera pas les effets de seuil. Une personne invalide à 69% touchera 69% d'une rente alors qu'une avec un taux d'invalidité de 70% aura droit à une rente entière.

Pas au-delà de 60 ans

Les actuels rentiers de plus de 60 ans ne subiront pas d'adaptation de leur rente. La gauche a tenté en vain d'abaisser la limite à 50 ans. Elle n'a pas non plus réussi à limiter l'application du nouveau système aux nouvelles rentes. Les deux propositions ont échoué à deux contre un.

La rente des personnes âgées entre 30 et 59 ans ne sera adaptée que si leur taux d’invalidité change. Les rentes des bénéficiaires de moins de 30 ans seront transposées dans le système linéaire dans les dix ans qui suivent l'entrée en vigueur de la réforme. Selon le Conseil fédéral, le modèle ne devrait ni augmenter, ni diminuer les coûts pour l'AI.

Non aux quotas

Les grandes entreprises ne sont par ailleurs pas obligées d'employer au moins 1% de travailleurs concernés par l'AI. La gauche, qui estimait les efforts volontaires des employeurs insuffisants, a été défaite sur cette demande par 132 voix contre 55. Cela coûtera cher et risque d'être contreproductif, a argumenté le camp bourgeois.

Mercredi, le National avait sinon largement soutenu les mesures proposées par le gouvernement pour faciliter la réinsertion professionnelle des jeunes et des personnes atteintes dans leur santé psychique, coeur de la réforme d'optimisation. Pour favoriser la détection précoce, les mineurs dès 13 ans et les personnes menacées d'incapacité de travail pourront être signalées à l'AI.

Les mesures de réinsertion tout comme les conseils et suivis seront étendus dans le temps. Pour les jeunes en formation, les indemnités journalières seront réduites au niveau du salaire des apprentis, mais versées plus vite.

L'AI devra également rembourser les frais médicaux de certaines maladies congénitales rares. Les experts auront une obligation d'indépendance et les expertises seront mieux surveillées. Le National a soutenu jeudi une meilleure coordination entre les acteurs concernés.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus